NASVI proteste contre la mort d’un vendeur de rue à Mumbai lors d’une répression policière

L’Association Nationale des Vendeurs de rue de l’Inde (NASVI) et son affilié basé à Mumbai, appelé “Azad Hawkers Union”, ont vivement protesté le Samedi dernier contre la mort de Madan Jaiswal, un vendeur de fruits âgé de 45 ans, lors d’une expulsion forcée brutale des vendeurs de rue et ambulants à Mumbai, et ont demandé l’institution immédiate d’accusations de meurtre contre le célèbre ACP de la division Vakola à Vasant Dhoble – Mumbai et la compensation de 25 lakh de Roupies du Gouvernement de l’Etat de Mumbai à la famille du défunt.

NASVI a également envoyé des lettres de revendication aux Ministre et Secrétaire Fédéral de l’Intérieur, au Ministre fédéral du logement et de lutte contre la pauvreté en milieu urbain, le Ministre de l’intérieur de Maharashtra et le Commissaire de police de Mumbai ainsi qu’à la Commission Nationale des Droits de l’Homme. NASVI a demandé aux organisations des vendeurs de rue de protester contre la terreur policière en cours à Mumbai, Delhi et dans plusieurs autres villes et villages du pays.

Tout en condamnant fermement l’expulsion forcée des vendeurs de rue et ambulants aux alentours de la gare de Santacruz par la police dirigée par ACP Dhoble Vasant, Mr. Arbind Singh, Coordinateur national de NASVI a déclaré à New Delhi que la mort du vendeur des fruits n’était pas une mort naturelle comme la police et les autorités médicales ont tenté de propager les rumeur, mais c’est plutôt la répression policière qui a déclenché le meurtre d’un travailleur pauvre qui gagnait sa vie sur ce site pendant les vingt dernières années.

Mr. Singh a demandé au Ministère Fédéral de l’Intérieur et au Gouvernement de Maharashtra de s’assurer qu’ACP est immédiatement démis de ses fonctions et instituer des poursuites judiciaires contre lui pour assassinat. Le Coordinateur de NASVI a également exigé une compensation adéquate du gouvernement à la famille du défunt.

Le Coordinateur national de NASVI a exprimé de sérieuses préoccupations sur le fait que bien qu’il y ait une politique nationale sur les vendeurs de rue en milieu urbain et le gouvernement central est en train de mettre en place une loi centrale pour protéger les moyens de subsistance et les droits à la sécurité sociale des vendeurs de rue tel que mandaté par la Cour suprême de l’Inde, la Police et le Conseil Municipal de Mumbai adoptent une approche très hostile à l’égard des vendeurs de rue en les expulsant de force sans aucun plan réaliste de réinstallation.

Mr. Singh a demandé aux organisations des vendeurs de rue de protester contre la terreur policière en cours à Mumbai, Delhi et dans plusieurs autres villes et villages du pays.

NASVI, une plate-forme des organisations de vendeurs de rue dans toute l’Inde, décrit ACP de Mumbai comme un policier notoire qui a des préjugés sévères de classe contre les travailleurs pauvres. L’année passée en Septembre, il a aussi attaqué les vendeurs de nourriture de rue au quartier Vakola et a donné des amandes à beaucoup de vendeurs qui avaient refusé de lui verser les frais de protection.

Selon NASVI, il y a plusieurs cas de corruption en attente contre ACP à Pune et à Mumbai. Il fut suspendu en 1989 pour avoir accepté le pot de vin à Pune. En 1994, il fut condamné à sept ans de prison et à une amende d’un lakh pour son rôle dans un décès en détention. Puis il fut démis de ses fonctions, mais rétabli plus tard, en 1996, à cause du soutien des grands politiciens. Récemment, il a été décalé du Département des Services Spéciaux de la Police de Mumbai, après un mandat controversé.