Le chemin rempli des luttes pour le Syndicat des Travailleurs Autonomes en Géorgie

(Géorgie pays de Caucase a la croisée des chemins de l’Asie occidentale et de l’Europe de l’est)

En avril 2013, l’avocat de la région de Gori (ville de Géorgie orientale), Kakha Kalmakhelidze a informé le syndicat des travailleurs autonomes et des travailleurs du secteur Commercial de la Géorgie – affilié a la confédération Georgienne des syndicats (GTUC) – que les employés de Bazar (bazaar compte au tour de 1500 employés dans l’ensemble) demandaient l’assistance de l’union. Le lendemain l’union a préparé un événement d’organisation et a voyagé à Bazaar. Les représentants syndicaux ont activement mené une campagne en organisant 4 réunions, dont deux étaient au lieu de travail des activistes et deux autres au bureau de GTUC dans la ville de Gori.

En mai de 2013, une réunion qui a été suivie par 14 personnes a organisée et cette réunion a abouti à la création d’une organisation syndicale principale de Bazaar centrale de Gori. Le problème principal de ces travailleurs est la tentative du gouvernement de déplacer  Bazaar de l’emplacement central dans la ville vers la banlieue. La direction sectorielle a entamé des négociations avec l’administration locale et s’est entretenu avec le représentant de la majorité, Soso Vakhtangishvili. A travers les efforts de l’Union syndicale des travailleurs autonomes et travailleurs de secteur Commercial de Géorgie ainsi que soutien sans faille aussi bien que celui de la solidarité des travailleurs, un compromis a été atteint sous la forme d’un accord que Bazaar resterait dans l’emplacement actuel jusqu’au 20 janvier 2014. Malgré l’utilisation de toutes les forces à la disposition de l’union, l’union été incapables d’unir à 100 %, les employés de Bazar. Seulement 80 vendeurs des 1500 ont joint le syndicat de travailleurs autonomes et des travailleurs du secteur Commercial de Géorgie.

En décembre 2013, ces individus qui avaient adhéré au syndicat ont refusé de payer les frais d’adhésion et ont officiellement quitté l’union ; Cependant, en janvier 2014, ils ont écrit au bureau de l’avocat de Gori, Kakha Kalmakhelidze en vue de demander l’assistance. L’union est devenue encore activement engagés dans les problèmes que rencontrent ces travailleurs et avons organisé des réunions avec le représentant de la majorité de Gori, Soso Vakhtangishvili et le gouverneur de Qartli Intérieure Zurab Rusishvili dans l’effort de protéger leurs intérêts des travailleurs, mais cela a donné des résultats minimes et nous avons demandé une réunion avec l’investisseur qui a financé ce projet. L’investisseur a été sévère dans sa demande de fermer Bazar et de déplacer les travailleurs dans le complexe nouvellement construit dans les banlieues. L’union a en vain utilisé tous les outils à sa disposition. Les vendeurs ont été expulsés et le centre de Bazaar  a été fermé. Les vendeurs refusent de se déplacer vers le complexe et dans l’effort de de protester, ils ont trouvé refuge dans les petites installations de Bazaar au centre de Gori.

Du 14 janvier à présent, l’union a exécuté 5 réunions d’organisation et elle a été rejoints par les travailleurs du secteur de transport de la station de de Gori, puisque l’investisseur a décidé de mouvoir la station dans un complexe du même territoire. L’union est en train de planifier une réunion à grande échelle avec les représentants de ces deux branches en vue de résoudre le problème. On espère aider ces gens à défendre leurs droits et à travers la création de ces supports de développement  du mouvement syndical puissant à Gori.

Source de la Confédération des syndicats géorgiens – http://gtuc.ge/eng/?p=281