« Soutenir les luttes actuelles de mettre fin à la destruction des habitations informelles et des moyens de subsistance et établir une structure de négociation des vendeurs/structures de négociation à Lagos, Nigeria »

21 octobre 2016

Sur la photo est camarade Gbenga Komolafe, Secrétaire général FIWON

L’interdiction de la vente de rue à Lagos va emporter les moyens de subsistance des vendeurs de rue au centre des difficultés économiques au Nigeria.

En tenant compte du taux de chômage élevé dans le pays, le peuple de Lagos pense que le gouverneur aurait dû évaluer les voies de réglementer les activités des vendeurs et colporteurs, au lieu de leur interdiction pure et simple.

Camarade Gbenga Komolafe, Secrétaire Général de la Fédération des Organisations des Travailleurs Informels du Nigeria [Informal workers’ Organisations of Nigeria] (FIWON), nouveau affilié de StreetNet au Nigeria, souligne les défis des vendeurs informels au Nigeria afin de forcer le pouvoir à négocier avec les vendeurs de rue.

«C’était ici turbulente avec le gouvernement de l’état de Lagos, en continuant sa destruction des maisons et des moyens de subsistance des pauvres à Lagos. Nous avons dû organiser deux manifestations au cours des deux dernières semaines. La première le 4 octobre 2016 pour protester contre la démolition des lieux de travail informel dans certaines zones de Lagos et le 13 octobre 2016 et encore une plus massive prévue le 17 octobre 2016 pour protester contre la déclaration du gouverneur qui détruirait toutes les communautés du littoral à Lagos ! La protestation se poursuit.

Inauguration le Chapitre de l’Etat d’Osun de FIWON

Les gouvernements locaux au Nigeria en particulier l’état de Lagos, le sont pas absolument opérationnels. Les gouvernements provinciaux contrôlent actuellement leurs finances, réduisent les élections aux conseils locaux et gèrent les fonds du gouvernement local. Ceci a conduit à un abus énorme du gouvernement local en tant qu’organe de gouvernance tout en les rendant inutiles en tant qu’organe efficace effective du gouvernement local. Le gouvernement de l’état de Lagos (LASG) a refusé d’organiser des élections dans les gouvernements locaux depuis plusieurs années tandis que le « chef du parti » nomme ses « Administrateurs uniques» pour les gérer.

Ministères du gouvernement de l’Etat et les départements semblent ici être plus pertinente qu’au travailleurs informels: Le Ministère du Commerce traite ici avec les vendeurs, collecte les taxes de leur part ; le Ministère des transports traitent avec les transporteurs et collecte toutes sortes de prélèvements de leur part, Le Ministère de l’environnement traite les collecteurs des impôts etc. Les gouvernements locaux également recueillent certaines formes de taxes mais n’offrent pratiquement aucun service.

Le défi immédiat est de lutter pour stopper ce danger actuel de ne plus faire des démolitions des maisons et des moyens de substance des travailleurs informels et utiliser la lutte comme une occasion de construire des structures durables d’engagement avec les vendeurs et l’utiliser pour forcer au moins d’ouvrir certaines des espaces fermées pour la prestation des services et la négociation collective permanente.

Sur la photo sont des membres de FIWON lors d’une de leurs programmes de formation

Nous demandons au gouvernement provincial de retirer sa déclaration qu’il détruirait toutes les communautés du littoral à Lagos et de dialoguer avec nous sur les autres options inclusives, y compris la nécessité pour les forums de négociation entre les travailleurs informels et les ministères compétents.

Le prochain défi de FIWON est d’organiser une campagne compréhensive de sensibilisation pour répondre aux injustices terribles qui sont en train d’être infligées aux travailleurs informels et faire à ce que LASG puisse revoir ses politiques de gentrification manifeste au nom de la construction d’une « méga ville » dans le cadre d’un programme de « modernisation ». Une telle campagne impliquera l’interface méticuleuse avec les vendeurs de rue, un plan d’action avec eux, des campagnes médiatiques vigoureuses, des actions de masse possibles et bien sûr l’interface avec des représentants du gouvernement et des institutions en vue d’atteindre des structures de négociation crédibles avec les institutions gouvernementales ».

Action de protestation massive de FIWON contre la déclaration du Gouverneur qu’il détruirait toutes les communautés du littoral à Lagos (17 octobre 2016)

Information fournie par Gbenga Komolafe, Secrétaire Général de FIWON

FIWON a été inauguré le 18 juin 2010 à Abuja au cours de sa 1ère Conférence Nationale à Abuja avec une participation de plus de 34 organisations des travailleurs. L’adhésion de FIWON s’étend sur 21 États du Nigeria, englobant les organisations des travailleurs du secteur informel dans 28 secteurs allant de l’agriculture et le processus de la nourriture à la vente de rue et du marché, réparation des automobiles, petite fabrication, menuiserie et autres.