Participation StreetNet à la 107ème Session de la Conférence Internationale du Travail

par Oksana Abboud, organisatrice de StreetNet

En juin 2018, une délégation de StreetNet International dirigée par Lorraine Sibanda,  Présidente de StreetNet a assisté à la Conférence Internationale du Travail (CIT) de 2018.

La délégation de StreetNet comprenait Lorraine Sibanda, Présidente de StreetNet ; Oksana Abboud, Coordonnatrice – stagiaire ; Wisborn Malaya, Secrétaire Général de  ZCIEA; Maria Emilia Vargas Luzon, membre de FUTTEINCO ; Sarah Joanny Lora Abad de Valdez, membre de FUTTEINCO ; et Miriam Altagracia Ferreras de Rivas, membre de FUTTEINCO.

C’était la première fois pour la plupart des délégués de StreetNet d’assister à la CIT, c’était ainsi utile d’avoir une compréhension approfondie de la Conférence. La délégation de StreetNet a principalement axé sa présence et son attention sur les travaux du Comité Tripartite en vue de mettre fin à la violence et le harcèlement, qui a mis au point un nouvel instrument international normatif sur la prévention de la violence et le harcèlement dans le monde du travail.

Les délégués de StreetNet présents à la 107ème session de la CIT 2018

Wisborn Malaya,  Secrétaire Général de ZCIEA (Zimbabwe) a fait une forte déclaration de StreetNet au cours de cette réunion du Comité Tripartite, en soulignant sur des exemples réels de la violence et le harcèlement envers les vendeurs de rue et du marché dans le monde entier.

Avant les réunions du Comité, StreetNet tenait quotidiennement des caucus du matin avec les autres organisations des travailleurs du secteur informel afin de discuter des éventuels amendements au texte original (développé par le Bureau de l’OIT) de la Convention à venir (complétée par la Recommandation) sur la mise a Fin  de la Violence et le Harcèlement dans le monde du travail. Ce groupe des travailleurs du secteur informel, dirigé par WIEGO, a présenté ses propositions d’amendement au Groupe des Travailleurs du Comité Tripartite pour Mise à Fin à la Violence dans l’espoir que ces amendements seraient mis en avant pour la discussion lors de la Réunion du Comité Tripartite. La principale modification / amendement sollicitée était celle d’« ajouter au texte de la Clause 5 de la Convention possible le libellé de : « Auteurs et /ou victimes de la violence et le harcèlement peuvent être des organes autoritaires  du Gouvernement/ local and / qui sont chargées du renforcement de la loi… “

Malheureusement, cette modification n’a même pas été soumise par le Groupe des Travailleurs à la discussion de la Réunion Tripartite. Cependant, il y a une possibilité, qu’elle peut être ajoutée à une nouvelle liste des autres amendements développés par le Groupe des Travailleurs lors de de la deuxième année de discussion de l’instrument général normatif en 2019.

Le Comité Tripartite soutenu l’adoption de l’instrument général normatif d’être dans forme de la Convention, complétée par la recommandation sur l’élimination de la Violence et le Harcèlement dans le monde du travail.

Lorraine Sibanda, Présidente de StreetNet a également parlé à la Commission Tripartite sur le Dialogue Social et le tripartisme malgré certains blocages créés par le Groupe des Employeurs.

Cinq minutes d’intervention de Loraine Sibanda, Présidente de StreetNet a la plénière de la CID (Conférence Internationale du Travail) ont été très impressionnant puisqu’elle a exhorté tous les partenaires sociaux à s’adapter aux nouvelles réalités afin d’augmenter leur représentativité et l’inclusion  pratique des travailleurs dans leurs de l’économie informelle dans des structures du dialogue sociale.

Certains membres de la délégation de StreetNet ont également participé à un évènement appelée « Tripartisme plus : Repenser le Dialogue Social dans les Temps de la Mondialisation & Informatisation» ; l’évènement qui avait été organisée à part  et qui a été accueilli par le Conseil Œcuménique des Eglises. Parallèlement à la 107ème Conférence, cet événement visait à mieux faire la conscientisation des opportunités et des défis associés au dialogue social, souligner son potentiel et ses limites dans nos sociétés et faciliter une discussion créative sur les différentes positions et approches en renforçant le Dialogue Social au sein et au-delà de l’OIT au niveau national et local.

Enfin, la délégation de StreetNet a été fructueuse et productif puisqu’elle a rencontré et créé le réseautage avec de nombreux alliés et partenaires de StreetNet.