Le voyage vers le renforcement des Femmes – Vendeuse de Rue

par Amar Kharate, organisateur de StreetNet

Selon l’OIT (2012), environ 83 pour cent des travailleurs cambodgiens ont travaillé dans le secteur informel en 2008. Comme dans beaucoup d’autres pays, les données sur les travailleurs du secteur informel au Cambodge ne sont pas à jour, bien qu’il soit clair que le secteur des vendeurs de rue grandisse chaque jour.

StreetNet, en collaboration avec le Centre de Solidarité Cambodgien, s’efforce de créer un changement avec les vendeurs de rue à travers le soutien technique. Par exemple, en juillet 2018, StreetNet et le Centre de Solidarité se sont réunis pour accueillir l’atelier sur le leadership des femmes – vendeuses de rue qui sont membres d’IDEA, affilié de StreetNet. IDEA est devenue la principale organisation au Cambodge qui travaille pour l’amélioration des vendeurs de rue et des autres travailleurs de l’économie informelle.

Ces trois histoires éclaireront sur comment IDEA a contribué renforcement des femmes membres et offre des stratégies différentes stratégies [que] les organisations peuvent utiliser pour faire la même chose.

Sem Samil est une jeune femme membre d’IDEA depuis deux ans. Elle a étudié jusqu’à la dixième année, et Pendant deux ans elle vend le thé, le café, les boissons gazeuses et le petit déjeuner au marché de Thong Mean. Une journée de travail normale va de 07:00 à 14:00 et Sem gagne cinq dollars par jour.

Depuis neuf mois maintenant, Sem travaille également à l’IDEA en tant qu’Organisatrice Assistante et a participé à l’atelier de juillet. Elle dit qu’IDEA l’a donné la chance de travailler dans une atmosphère tout à fait différente, et elle a appris sur les syndicats, les questions relatives au travail, l’égalité du genre et sur la protection sociale. Sem se sent fière et heureuse, parce qu’avant cela, elle pouvait seulement s’asseoir dans sa stalle, mais maintenant elle a la chance d’apprendre des nouvelles choses et de rencontrer des différentes personnes.

Myla Khena, membre d’IDEA, qui est une vendeuse de rue dans le marché de  Spar Deoun, travaille comme vendeuse de rue depuis 1996. Elle n’a pas de terre de son stalle de   quatre boissons froide est actif, mais elle a dû emprunter l’argent. Elle travaille de de 05:00am jusqu’à 22:00, mais, comme elle le dit, « j’aime mon travail. »

Elle est membre d’IDEA depuis cinq ans  passés et dit « après avoir rejoint IDEA, je suis devenue brave,  tellement que je peux maintenant même parler à la police s’ils me font de harcèlement. Je sens que j’ai le soutien depuis que je suis devenu membre de l’organisation. »

Eourn Yon, une autre femme membre d’IDEA a travaillé comme vendeur de rue depuis maintenant cinq ans. Comme elle le dit l’« IDEA est Dieu pour moi, » parce qu’elle était familière d’être harcelée par les casseurs et les gens pour demander de l’argent partout où elle garait son chariot. Cependant, depuis qu’elle est devenue membre d’IDEA, elle a reçu un autocollant avec le logo d’IDEA afin de la coller sur son chariot. Combiné avec le plaidoyer des dirigeants d’IDEA, l’autocollant a contribué à décourager le harcèlement. Maintenant, dit Yon, lorsque les gens voient l’autocollant d’IDEA, ils n’osent plus la harceler.