Les syndicats Africains: Moment du changement!

Nouvel Année Scolaire L’ITUC – Afrique (NYS) 2019 «Syndicats Africains : Moment du changement!» organisé par l’ITUC -Afrique à travers sa recherche et l’Institut de l’Education (ALREI) et financé par l’OIT ACTRAV et FES, a eu lieu du  11 – 15 février dans la ville de Lomé, Togo.

Atour de 100 participants ont assisté à l’école principalement venant des affiliés de ‘ITUC – Afrique, y compris les membres du Conseil Général, Comité des Femmes et celui de la Jeunesse d’ITUC – Afrique; les syndicats des organisations de la sous-région, les chercheurs du travail et les éducateurs, Fédérations syndicales Globales (GUFs) ; CSO continental et international, les académiciens  et les médias entre autres ainsi que les représentants de l’OIT.

Oksana Abboud, Coordonnatrice – stagiaire et organisateur de StreetNet a représenté StreetNet à l’Ecole d’ITUC – Afrique.

Les principaux objectifs de la NYS étaient :

  • Réfléchir sur l’état des syndicats africains sur base des conclusions  principales et les recommandations de l’étude menée par l’ITUC – Afrique ;
  • S’entendre sur les stratégies syndicales communes pour traiter les défis identifiés ;
  • Formuler une stratégie continentale du travail pour construire des  organisations syndicales fortes  et unies  qui peuvent aider à favoriser la transformation économique et sociale en Afrique.

Dans le développement de l’Etat moderne, de l’époque coloniale à ce que l’on peut qualifier aujourd’hui d’ère néocolonial, les systèmes de gouvernance et les institutions de l’autorité publique qui émergent souvent ne servent pas les intérêts du peuple travailleur. Par conséquent, le mouvement syndical en Afrique aujourd’hui est confronté aux énormes défis découlant des réalités politiques et socio-économiques que confrontent l’Afrique et ses et ses habitants.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les dirigeants syndicaux se sont réunis pour discuter des principaux défis qu’ils confrontent actuellement : La diminution de la conscience de classe ouvrière ; structure du pouvoir syndicale limitée et faible visibilité et l’influence due à une faible densité syndical  ainsi que la marginalisation des membres de l’adhésion ; Approfondissement de la déconnection entre adhésion et dirigeants ; Fragmentation, faibles capacités d’engager les différents intervenants ; pratiques non démocratiques internes  croissantes; manque d’indépendance politique et l’élitisme croissante au sein des syndicats ; Faible autonomie financière et absence des stratégies de développement durable ; Compréhension limitée et l’inclusion des besoins divers des membres (tels que les jeunes, les femmes, les travailleurs avec déshabilité, informellement employé) ; Mauvaise expression de solidarité avec ceux qui sont dans le besoin.

Penadan cette école de 5 jours, les dirigeants syndicaux africains étaient en train d’identifier et d’analyser les meilleures solutions possibles aux lacunes actuelles et les opportunités qu’ils rencontrent dans leurs activités et le travail syndical. Mais l’accent dans cette a été surtout mises sur l’unité des syndicats ; gouvernance démocratique dans les syndicats ; Affiliation syndicale et organisation ; la construction (financièrement)  des organisations syndicales durables/autonomes.

Mody Guiro, Président d’ITUC – Afrique et Kwasi Adu-Amankwah, Secrétaire général d’ITUC – Afrique, ont accueilli les participants à la Nouvelle Année Scolaire et les encouragé à exprimer des nouvelles idées, approches et plans sur une voie à suivre en vue de la protection des droits des travailleurs et intérêts dans une nouvelle ère.

Une note clé a été adressée par Fackson Shamenda, ancien Ministre du Travail et de la Sécurité Sociale, ancien Président de la Confédération Internationale des Syndicats (ICFTU) et du Congrès Zambien des Syndicats (ZCTU), qui a noté que les syndicats doivent avoir de nouveau leur espace en tant que syndicats qui protègent les droits des travailleurs, puisqu’actuellement, de nombreuses ONG ont commencé à parler des droits des travailleurs au lieu des syndicats.

Bastian Schultz, Directeur du Centre Syndical des Compétences, Afrique subsaharienne – FES, a  rejoint l’école pour représenter FES. Bastian a mentionné les nouveaux défis qui donnent naissance aux inégalités sociales, notant également que les syndicats doivent être plus forts afin de de répondre à la transformation, nous devons d’abord nous transformer.

Hilma Mote, Directeur Exécutif d’ALREI – Afrique,  a présenté la recherche d’ITUC – Afrique qui a été menée dans 9 pays couvrant au moins 3 sous-régions du continent africain et ciblant les centres des  syndicats nationaux.

Au cours de l’école, les différentes méthodes ont été utilisées. Le travail dans des différents groupes thématiques a été un exercice très intéressant et utile puisque les syndicats ont eu une excellente occasion de partager les expériences, leçons et ont mis en place un nouveau plan révisé d’actions possibles sur une variété des problèmes.

Le Genre et le renforcement des femmes dans les syndicats, la jeunesse et les travailleurs de l’économie informelle – ce sont les mots clés qui couraient sa discussion et les commentaires des différentes parties prenantes dans le processus de l’école.

Oksana Abboud dans sa présentation, a  introduit la structure et les principaux domaines stratégiques de StreetNet. Elle a présenté le  travail pratique qui StreetNet est en train de faire en vue d’organisation des vendeurs de l’économie informelle, vendeurs de rue et colporteurs ainsi qu’une brève introduction de l’approche de StreetNet concernant la formation sur les compétences de négociation, cours conçu aux  travailleurs du secteur informel.

Oksana a fait référence à une variété des  points  où StreetNet et les syndicats peuvent conjointement unir  leurs efforts et réussir dans leurs activités. Cela faisait principalement référence à l’implémentation de la R204 (Recommandation 2014) de l’OIT, dialogue social inclusif au niveau national et Soutien de solidarité ainsi que les stratégies et les programmes éducatifs communs.

La discussion sur les nouvelles approches, les stratégies et l’éducation des syndicats et comment ils devraient être conçus dans les réalités actuelles, a été faite lors de la thématique du groupe de travail dans la rubrique de repenser l’éducation syndical.

Les participants, lors de leur travail dans les commissions parallèles,  ont été chargés d’élaborer des stratégies sur l’unité syndicale, l’adhésion, les syndicats et la politique, ainsi que sur la gouvernance des syndicats et la démocratie interne.

L’école a été très informative et intéressante en raison de sa diversité des domaines thématiques ainsi que la diversité originaire des participants.