StreetNet Intrnational Document exposant la position de StreetNet sur l’élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail

108ème session de la Conférence internationale du Travail: Mettre fin à la violence et au harcèlement dans le monde du travail.

Le présent document est basé sur la recommandation de la Commission parallèle sur “l’élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail” qui a travaillé pendant le 6ème Congrès international de StreetNet le 11 avril 2019 au Kirghizstan.

Compte tenu de la réflexion menée par la Commission parallèle sur “l’élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail”, il a été noté que:
L’économie informelle regroupe des travailleurs de divers secteurs dont la définition est plus large que celle du “travailleur” employée traditionnellement. La notion des relations dites “employeur-employé” ne peut pas être appliquée à ces secteurs. Plusieurs sont travailleurs autonomes et ont également des unités économiques indépendantes. Dans le concept de chaîne de valeur, l’identité et la représentation de ces catégories de travailleurs sont complexes.

Pour lire un document de position complet, veuillez cliquer ici.

Après avoir analysé le texte proposé de la prochaine Convention et recommandation sur le sujet « mettre fin à la violence et au harcèlement dans le monde du travail », qui figure dans le Rapport V (2B), StreetNet considère l’absence de point essentiel qui devrait être ajouté au texte de la Convention :


Article 4:

Aux fins de la présente convention, les victimes et les auteurs de violence et de harcèlement dans le monde du travail peuvent être : (a) des employeurs ou des travailleurs, ou leurs représentants respectifs, à ajouter: autorités publiques et agents d’applications de la loi, ou toute autre personne visée à l’article 2 ; et (b) conformément à la législation et à la pratique nationales, des tiers, dont des clients, des prestataires de services, des usagers, des patients ou des membres du public.

Article 9:

Tout membre doit prendre des mesures appropriées pour prévenir la violence et le harcèlement dans le monde du travail, notamment : (a) recenser, en consultation avec les organisations d’employeurs et de travailleurs intéressés, à ajouter: autorités publiques et agents d’applications de la loi, et par d’autres moyens, les secteurs, professions et modalités de travail qui exposent davantage les travailleurs et autres personnes concernées à la violence et au harcèlement; et (b) prendre des mesures pour protéger ces personnes de façon effective.