6 mois de pandémie : la réponse de StreetNet au COVID-19

Lorsque 2020 a commencé, les vendeurs informels du monde entier n’avaient aucun moyen de savoir comment cette année mettrait-elle leur résilience, leur détermination et leur solidarité à un essai le plus difficile qu’ils pouvaient difficilement imaginer malgré leur vie toujours en danger. Six mois après que la pandémie COVID-19 ait ravagé le monde, entraînant des problèmes sociaux et économiques et en paralysant toutes les nations, nous pouvons attester que StreetNet International et ses organisations affiliées se sont montrés à la hauteur de ce défi.

La déclaration de StreetNet International en réponse au COVID-19, publiée comme une réaction principalement immédiate à la pandémie mondiale, a aidé les organisations affiliées à traverser ces moments difficiles. Plus précisément, StreetNet International a encouragé ses affiliés à :

  •  « Appeler leurs gouvernements aux niveaux local et national à consolider leurs efforts et toutes les parties prenantes concernées à mettre en place des mesures et des ressources pour assurer la sécurité de tous les travailleurs et de leurs revenus, quel que soit leur travail ou leur relation de travail ;
  • Appeler leurs gouvernements à fournir des soins de santé universels et des allocations d’urgence de base à tous les travailleurs de l’économie informelle et aux catégories de population les plus vulnérables, indépendamment de leur nationalité et de leur statut de résidence ;
  • Appeler leurs gouvernements avec une demande d’exempter les travailleurs engagés de manière informelle et les plus vulnérables des factures des services publics en période de crise du coronavirus ;
  • Appeler les syndicats, les organisations de la société civile et tout autre allié éventuel dans les pays respectifs à défendre conjointement et à adresser au gouvernement des solutions possibles en réponse à la pandémie COVID-19, en tenant compte de tous les travailleurs, quelle que soit la forme de leur travail, formelle ou informelle ;
  • Appeler leurs membres, camarades et tous les citoyens de leur communauté et de leur pays à un soutien de solidarité mutuelle afin de s’entraider pendant la période si difficile et pendant la crise mondiale ».

De nombreuses organisations affiliées ont consolidé ces revendications et ont fait de grands progrès vers les droits et les moyens de subsistance des vendeurs informels pendant la pandémie.

Nos femmes et nos hommes sur le terrain

Depuis le début de la pandémie en mars 2020, les vendeurs de rue et les vendeurs de marché, les colporteurs et les vendeurs transfrontaliers se sont mobilisés et se sont organisés pour s’assurer que personne n’est laissé de côté. Dans leurs initiatives allant du financement participatif jusqu’à un plaidoyer vigoureux, les vendeurs informels demandent la reconnaissance du rôle clé qu’ils jouent dans la vie économique et sociale de leurs communautés et de leurs pays.

Contrairement aux craintes que les vendeurs informels soient des vecteurs d’infection, les affiliés du monde entier ont pris le chemin du respect des directives en matière de santé et de sécurité. En quelques mois, ils sont parvenus à proposer des solutions pratiques alternatives et ont adapté leurs opérations en réponse à la pandémie en portant des masques, en se lavant les mains, en pratiquant la distanciation physique et en veillant au respect des règles protocolaires.

Les organisations affiliées ont dû faire face à des circonstances changeantes et ont été confrontées à des défis différents suivant leur contexte local.

Dans certains cas, les autorités locales et nationales se sont associées aux vendeurs informels pour surveiller les marchés, en démontrant en quoi une réponse conjointe est la meilleure solution à une telle crise. Dans d’autres cas, les vendeurs informels ont souffert d’une brutalité policière accrue, qui n’a été rendue visible que grâce au travail des militants sur le terrain.

Dans certains pays, les vendeurs informels ont été visés par des politiques de protection sociale qui garantissent leur survie, en grande partie, grâce au lobbying des organisations de travailleurs de l’économie informelle. Dans d’autres pays, ils devaient compter sur leurs propres réseaux et sur la communauté locale pour leur subsistance.

Pour pouvoir répondre à tous ces défis tout en respectant les règles de confinement et la distanciation physique, les vendeurs informels ont été obligé à maîtriser très rapidement et de manière innovante les technologies de l’information et de la communication. Les interactions nécessaires en face-à-face ont dû faire recours aux technologies, telles WhatsApp, Viber, Zoom, Skype – ce qui a nécessité chez les vendeurs informels, déjà débordés par d’autres problèmes, un effort énorme et une volonté d’apprendre et de s’adapter.

Après six mois de labeur, les vendeurs informels et autres travailleurs de l’économie informelle se préparent pour les temps difficiles à venir avec le cri de ralliement de 2 milliards de forts : la reprise commence par nous !

En joignant les efforts

Le 1er mai 2020, StreetNet International et d’autres organisations de travailleurs de l’économie informelle représentant les collecteurs de déchets, les travailleurs domestiques et les travailleurs à domicile ont rejoint la plateforme de solidarité mondiale du réseau WIEGO et ont élaboré une déclaration basée sur trois principes :

  • Les travailleurs de l’économie informelle sont – et ont toujours été – des travailleurs essentiels
  • Sans nous, aucune reprise de l’économie mondiale n’est possible
  • Les économies doivent être réinitialisées pour s’aligner sur les principes fondamentaux de l’inclusion

Les revendications de cette déclaration ont ensuite servi de base à une campagne lancée sur les réseaux sociaux « 2 milliards de forts : la reprise commence par nous ! », mettant l’accent sur l’importance du travail effectué par les travailleurs de l’économie informelle et sur la manière dont ces travailleurs essentiels devraient être impliqués dans les réponses à la pandémie.

StreetNet International s’est également associé aux initiatives des autres organisations internationales. Le 26 juin 2020Mme Oksana Abboud, coordinatrice internationale, a participé au webinaire de l’Alliance des villes « Apprendre des villes pour faire progresser l’égalité des genres – Le nouveau plan d’action de l’UE sur le genre à la lumière du COVID-19 ».

Le 16 juillet 2020, StreetNet International a également coorganisé un événement parallèle lors du Forum politique de haut niveau, et l’organisatrice pour les Amériques, Mme Maíra Vannuchi, a présenté une étude de cas sur la politique de revenu de base universelle du Brésil.

StreetNet et d’autres organisations représentant les travailleurs de l’économie informelle ont rejoint la prochaine Campagne mondiale des 16 jours, prévue pour octobre 2020, dirigée par le Centre pour le leadership mondial des femmes (Center for Women’s Global Leadership), qui aura à souligner l’importance et la valeur des travailleuses de l’économie informelle, leur grande contribution aux économies nationales, et à mettre, en même temps, l’accent sur l’élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail en appelant les gouvernements à ratifier la Convention 190 de l’OIT.

Suivi et diffusion des informations

Pendant la pandémie, l’équipe de StreetNet a développé, dans les pays de ses affiliés, un système de suivi des informations sur les politiques liées au COVID-19, leur impact sur les vendeurs informels et les initiatives développées par les affiliés.

Grâce à ce système de suivi, l’équipe de StreetNet a pu identifier les meilleures pratiques des affiliés dans leurs pays concernés et partager des directives et des exemples utiles liés à la solidarité, à la santé et à la sécurité sur le lieu de travail.

Parallèlement à WIEGO, StreetNet a également développé les Directives de santé liées au COVID-19 pour les vendeurs informels, qui ont été traduites vers différentes langues et largement diffusées via les canaux de communication de StreetNet parmi tous ses affiliés.

Renforcer nos affiliés : une feuille de route d’actions à prendre pendant et après la pandémie

La pandémie a démontré la résilience et la détermination des affiliés, mais elle a également permis à StreetNet d’identifier les lacunes les plus importantes en matière de connaissances, de compétences et de capacités. En tant que tel, StreetNet investit maintenant dans des activités visant à renforcer la capacité de son équipe opérationnelle interne ainsi que de ses affiliés à répondre correctement à la crise du COVID-19 et à faire progresser les organisations.

Le projet d’intervention d’urgence est soutenu par l’Open Society Foundations et vise les 7 domaines principaux :

  • Renforcement des capacités et extension de l’équipe opérationnelle de StreetNet ;
  • Assurer le mentorat d’experts techniques pour renforcer les capacités des affiliés en matière de planification stratégique et de plaidoyer ;
  • Formations en ligne sur les compétences de négociation pour les travailleurs de l’économie informelle ;
  • Support sous forme de kit de communication pour les affiliés ;
  • Projets de pays sur les plans de relance post-COVID19 pour les affiliés ;
  • Webinaires thématiques en ligne pour sensibiliser et promouvoir la visibilité des travailleurs de l’économie informelle, de leurs principaux besoins et préoccupations ;
  • Mise en place d’un système de communication interne et de communication en ligne qui fonctionne correctement.

La stratégie de StreetNet avec ce projet est claire : à court terme, la priorité sera de mettre en place un système opérationnel de coordination et de communication efficace. De cette façon, StreetNet sera en mesure de fournir un soutien technique immédiat aux organisations affiliées, en se concentrant sur le partage des meilleures pratiques et des initiatives en réponse à la pandémie ainsi que sur le soutien de solidarité.

La priorité pour une perspective à moyen et long terme sera de renforcer la capacité des affiliés à défendre leurs intérêts et ceux de leurs membres aux niveaux local et national. Cela signifie que les affiliés doivent être reconnus comme des acteurs essentiels représentant les vendeurs informels avec des forums de négociation établis de longue durée au sein des gouvernements, ce qui leur permettra d’avoir une voix unie dans les discussions gouvernementales et dans les processus de prise de décision, y compris en ce qui concerne les nouveaux modèles de reprise économique en la période post-COVID-19.

Avancer tout en étant plus forts, unis et solidaires

Six mois de pandémie ont eu des conséquences néfastes sur chaque personne, organisation et pays. Et pourtant, il y a encore des raisons d’espérer. La crise sanitaire a été très dommageable pour les vendeurs informels, mais, pour la première fois, les gens du monde entier ont réalisé à quel point leur travail est probablement important. Grâce à la mobilisation, l’organisation, le plaidoyer, le lobbying et la solidarité, les vendeurs informels font une différence notable dans des villes aussi éloignées que New York et Durban. Les modèles de reprise économique choisis par différents gouvernements façonneront le monde post-pandémique. Il est maintenant temps que nos voix soient entendues et déclarées, aussi fort que possible car rien pour nous sans nous !

La crise a également ouvert des opportunités émergentes pour les vendeurs informels de pouvoir intensifier leur lutte pour la reconnaissance, établir un dialogue avec les autorités, promouvoir la formalisation de leurs emplois et concevoir l’avenir qu’ils souhaitent.

La situation des vendeurs informels dans de nombreux pays reste toujours critique. Aujourd’hui plus que jamais, leur contribution essentielle au développement social et économique doit être reconnue et respectée par tous.

StreetNet International mobilise tous ses affiliés et des sympathisants pour promouvoir les droits des vendeurs de rue, des vendeurs de marché, des colporteurs et des vendeurs transfrontaliers et rendre dignes leur vie et leur travail. Suivez-nous sur Facebook et Twitter, et amplifiez notre message.