Travail Décent dans l`économie informelle - le long chemin à parcourir!

7 Octobre 2011

Magorwa est une porteuse transfrontalière basée à Uvira, au Sud-Kivu, en République Démocratique du Congo. On l`appelle " mbakazI " , une porteuse sans capital pour acheter ses propres marchandises. Son travail consiste à transporter des marchandises appartenant aux plus riches commerçants informels à travers la frontière à Bujumbura, la capitale du Burundi, qui est à 30 kilomètres. Dans la matinée, elle prend sa charge à la frontière, au risque de harcèlement de la police des frontières et d`autres qui parfois lui font payer un bakchich. Elle les livre à un commerçant informel au Burundi, qui ne paie que pour les marchandises reçues. Toute perte sur la route est considérée comme sa responsabilité. Quand il ya plusieurs barrages de police au Burundi, après avoir traversé la frontière, elle partage sa charge en trois ou plusieurs paquets plus petits et elle paie d`autres porteurs qui les transportent de façon à répartir le risque. Les mauvais jours, la police au Burundi confisque tous ses biens et elle doit retourner à la maison sans aucune marchandise alors qu`elle doit encore payer le fournisseur. Elle a 53 ans et est une mère seule avec huit enfants. Elle travaille jusqu`à 18 heures par jour. Sa charge peut peser jusqu`à 20 kilos. La plupart du temps, elle gagne environ 5 USD. Elle a commencé à travailler comme porteuse il y a quatre ans lorsque son mari est parti chercher du travail en Afrique du Sud. Elle n`a pas eu de nouvelles de lui depuis lors.

"Organiser les commerçants transfrontaliers informels et les porteurs afin qu`ils puissent avoir la voix et la représentation est une priorité majeure", a expliqué Pat Horn, Coordinatrice de StreetNet International à l`occasion de la Journée du Travail Décent, le 7 Octobre. "Nous avons besoin de comprendre la chaîne de sous-traitance et l`interdépendance économique entre l`économie formelle et l`économie informelle. Si la police et les gardiens des frontières du Congo et du Burundi bénéficiaient de salaires décents, l`incitation à faire des revenus supplémentaires au détriment des plus pauvres dans la société diminuerait. Et ce sont les femmes qui sont les plus exploitées. L`organisation des travailleurs de l`économie informelle est une force pour promouvoir la démocratie et la transparence. Le travail décent pour les travailleurs de l`économie informelle, dont la grande majorité sont des femmes, est essentielle pour le développement durable ", a t-elle ajouté.

Magorwa est membre de l`Organisation des Femmes sans Moyens (OFES), qui est une affiliée d`ASSOVACO, affiliée de StreetNet dans le Kivu. OFES et ASSOVACO sont en train d`organiser les femmes porteuses en vue de négocier de meilleurs conditions de travail avec les commerçants informels et de dénoncer le harcèlement et la corruption des autorités. OFES a également aidé à mettre en place des coopératives de microcrédit. "Ce n`est qu`un des nombreux débuts", a déclaré Pat Horn "Il y a un long chemin à parcourir pour éradiquer l`exploitation des conditions de travail et organiser les travailleurs de l`économie informelle".

La Journée du Travail Décent va être commémorée de différentes manières par les affiliés, certains d`entre eux vont joindre leurs efforts avec les centrales nationales dans leurs pays, tels que FUTRAND, Venezuela, FEDEVAL, Peru, UGSEIN, Niger et CNTS, Sénégal. Certains autres affiliés vont faire des manifestations artistiques comme NUIVO/Uganda. D`autres affiliés vont commencer le processus d`analyse de leurs implications, de la signification et des solutions pour un travail décent, comme CTCP/Nicaragua l`a indiqué. Nous souhaitons que toutes les organisations affiliées puissent créer une conscience au sein de leurs membres dans le sens de la construction de meilleures conditions de travail dans le monde entier.

StreetNet s`emploie à créer des forums de négociation avec les conseils municipaux en alliance avec les syndicats afin de commencer à traiter les nombreux problèmes aux quels sont confrontés les travailleurs de l`économie informelle, y compris la protection contre le harcèlement et l`expulsion, des règlements et des mécanismes appropriés d`application, des mécanismes pour dénoncer la corruption et l`extorsion et régimes de sécurité sociale.

Malawi

StreetNet International a été fondée en 2002 et représente 38 organisations de vendeurs dans 32 pays.

Pour plus d`informations, contacter: info@streetnet.org.za

Like us
Galerie
Follow us on Twitter

Cités Classe Mondiale pour Tous (Portugais Blog)

Il existe également une version du Blog en portugais où l'on peut accéder à des mises à jour personnelles sur les nouvelles et événements. On peut y accéder à travers ce lien: http://streetnetbrasil.wordpress.com/
StreetNet NewsBox

NewsBox

BRASIL. Camelôs fazem protesto na Avenida Rangel Pestana. G1 Globo (11 de abril de 2015).

BRASIL. Operação retira ambulantes do calçadão do centro de Maceió. G1 Glob (7 de abril de 2015) por Carolina Sanches.

BRASIL.  Operação da PM e Prefeitura vai retirar camelôs do Comércio. Primeira Ediçao (30 de março de 2015 ).

StreetNet Internationale

StreetNet Internationale

StreetNet Internationale est une alliance des vendeurs de rue. Elle était lancée à Durban en République Sud Africaine en Novembre 2002. Ses membres sont des organisations telles les coopératives, unions ou Associations. Ces dernières regroupent directement les vendeurs de rue, du marché, et/ou les marchands en qualité de membres, qui sont ainsi autorisés à s’affilier à StreetNet Internationale.

L’ objectif de StreetNet est de promouvoir l’ echange de l’information et idées sur les questions critiques à l’ endroit des vendeurs de rue, du marché, et d’ autres marchands: à titre d’ exemple, les vendeurs mobiles. Il doit aussi promouvoir les stratégies concernant l’ organisation pratique et la defence de leur intérêts.