Journee Internationale De La Femme

The Times Of India, Ahmedabad, Jeudi Le 8 Mars 2012

Déconstruire la maçonnerie masculine

Rachaita, La "1ere Coopérative des Femmes Travailleuses de Construction, fait l`histoire d`une brique a l`autre Radha Sharma I TNN

Ahmedabad: Ketan Makwana travaille comme Ingénieur en génie civil dans une société basée dans la ville. Il considère sa veuve mère Madhu (45), qui a travaillé en tant qu`ouvrière de construction, comme son enseignante la plus appréciée dans le secteur de construction. Madhu est devenue une maçonne hautement qualifiée. Elle travaille sur de gros sites où elle gagne 400-500 Roupies par jour qui lui permettent de prendre sa famille en charge. Elle lui donne des conseils que seul un professionnel expérimenté peut offrir. En fait, Ketan admet qu`il aurait dû abandonner ses études si sa mère n`avait pas travaillé durement pour se tailler une place dans la maçonnerie - traditionnellement, un bastion masculin.

Madhu est l`une des 1000 membres de Rachaita, la toute première coopérative agréée des femmes travailleuses de construction dans l`Etat et probablement dans tout le pays. La coopérative Rachaita, agréée en 2005, fait partie de l`Association des Femmes Autonomes (SEWA). Après un début plutôt fragile, les femmes se sont consolidées d`elles-mêmes. Après avoir payé les femmes, Rachaita fait 25 pour cent de bénéfice.

"Nous sommes fières du fait que Rachaita est la seule coopérative des femmes entrepreneures parmi les cinq lakh et plus des sociétés de construction répertoriés par le géant de la construction Larsen & Toubro," dit Varsha Thakar, une directrice à Rachaita. "En fait, lorsque nous nous sommes fait enregistrer avec l`entreprise, un haut fonctionnaire nous a rendu visite pour s`assurer de notre base de compétences. La première question de la plupart des entreprises est de savoir si les femmes peuvent vraiment travailler au-delà d`être des aides du site. Nous sommes toujours obligées de donner des démonstrations pratiques pour prouver nos capacités. " Actuellement, 450 femmes travaillent activement sur les chantiers de construction toute l`année durant. La coopérative a travaillé avec des géants de construction tels que Shapoor-ji Pallonji, L & T, Groupe Safal et a terminé son travail dans des hôpitaux, hôtels, appartements, bungalows et des magasins.

Le premier projet de Rachaita était un travail sur le quai de Sabarmati. "Nous avons plongé dans la rivière et avons appris à nager, se souvient Ramila Parmar, présidente de Rachaita. La coopérative a enregistré des pertes parce que les femmes n`étaient pas habituées à travailler sous pression et à exécuter des travaux lourds. "Nous avons eu à casser et plier des barres de fer et fabriquer des brancards. Un brancard qui devait être achevé en trois jours - nous l`avons fait dans 18 jours", se souvient M. Parmar. Après avoir termine ce projet avec l`aide des hommes, les femmes se sont regroupées et ont appris de leurs erreurs. Elles ont reçu une formation de la CEPT et de l`École technique CN et étaient enfin prêtes à franchir le pas.

"Maintenant, les femmes ont soulevé des briques de 22 kg pour construire des murs et ont plié des barres," a déclaré M. Parmar. "L`équipe a 10 maçonnes hautement qualifiées et un nombre égal de femmes qui ont obtenu leur diplôme pour être des superviseurs sur site appelés "ingénieurs aux pieds nus" parmi les femmes! Elles gagnent 180-500 Roupies par jour selon leurs compétences. "

Kanta Rathod, une travailleuse, dit: "Si je suis en mesure de prendre mes quatre enfants en charge après la mort de mon mari, c`est à cause de Rachaita. J`ai reçu une formation en maçonnerie et je gagne maintenant 350 Roupies par jour, chaque mois. "Comme la plupart des femmes qui sont maintenant avec Rachaita, Rathod avait l`habitude de revenir de Kadiya naakas mains bredouilles pour 20 jours par mois que la mécanisation a repris vers le début des années 2000. Et les sociétés ont besoin des maçons qualifiés, qui étaient alors tous des hommes.

Photos: Bhadresh Gajjar, Yogesh Chawda, Dhaval Bharwad

Like us
Follow us on Twitter

Cités Classe Mondiale pour Tous (Portugais Blog)

Il existe également une version du Blog en portugais où l'on peut accéder à des mises à jour personnelles sur les nouvelles et événements. On peut y accéder à travers ce lien: http://streetnetbrasil.wordpress.com/
StreetNet NewsBox

NewsBox

BRASIL. Camelôs fazem protesto na Avenida Rangel Pestana. G1 Globo (11 de abril de 2015).

BRASIL. Operação retira ambulantes do calçadão do centro de Maceió. G1 Glob (7 de abril de 2015) por Carolina Sanches.

BRASIL.  Operação da PM e Prefeitura vai retirar camelôs do Comércio. Primeira Ediçao (30 de março de 2015 ).

StreetNet Internationale

StreetNet Internationale

StreetNet Internationale est une alliance des vendeurs de rue. Elle était lancée à Durban en République Sud Africaine en Novembre 2002. Ses membres sont des organisations telles les coopératives, unions ou Associations. Ces dernières regroupent directement les vendeurs de rue, du marché, et/ou les marchands en qualité de membres, qui sont ainsi autorisés à s’affilier à StreetNet Internationale.

L’ objectif de StreetNet est de promouvoir l’ echange de l’information et idées sur les questions critiques à l’ endroit des vendeurs de rue, du marché, et d’ autres marchands: à titre d’ exemple, les vendeurs mobiles. Il doit aussi promouvoir les stratégies concernant l’ organisation pratique et la defence de leur intérêts.