L`éléphant blanc de la Tanzanie – Quand allons-nous apprendre?

30 Juillet 2012

Les autorités de la ville de Dar es-Salaam ont construit le complexe d`affaires de Machinga avec un prêt d`une banque d`investissement, pour une valeur de 71.000.000 $ US. Ce complexe a été conçu comme un centre pour les petits commerçants. C`est un éléphant blanc désastreux - 3 grand bâtiments de 5 étages chacun avec des cages construits sous forme d`étalages aux interlignes étroits. Outre les étalages extérieurs au rez de chaussée, qui ont quelques vendeurs de valises et de tissus kanga, ce complexe est pratiquement vide. On l`a inauguré il ya 2 ans et il est basé sur une conception chinoise.

Complexe d`affaires de machinga Interlignes éetroites non attactive - personne n`ira là-bas pour acheter nos marchandises Les étalages non occupés de Machinga

De l`autre côté du terrain de football se trouve le véritable marché des tissus locaux appelés kanga-il ya un plancher en terre battue, sa toiture en tôles ondulées suinte et les etalages sont en bancs de bois construits par les vendeurs eux-mêmes. Il n`y a pas d`espace de stockage donc les vendeurs louent des places dans les maisons environnantes. Les affaires vont bien et plusieurs membres de la coopérative sont capables de payer les frais de scolarité pour leurs enfants à partir de la vente des Kanga. La coopérative des Kanga compte 200 membres et élit démocratiquement son conseil chaque année.

Le président de la coopérative et Secrétaire local de TUICO (Syndicat Tanzanien des Travailleurs Industriels et Commerciaux), Anton, a dit qu`ils n`ont jamais été consultés au sujet de ce nouveau marché. "Ce marché est très cher - ils demandent 60,000 Shillings Tz par mois et les étalages sont beaucoup trop petits -. Ce marché ne réponds pas à nos besoins et aucun client ne va monter les escaliers pour acheter nos tissus là-bas» dit-il.

D`autres ont fait remarquer qu`ils doivent changer la conception des étalages et mettre en place un meilleur transport public qui va jusque dans les locaux du bâtiment.

Un peu plus loin se trouve le marché Ilala des vêtements d`occasion et le marché des légumes. Les membres de la coopérative là-bas sont aussi membres de TUICO et racontent la même histoire - "Nous ne pouvons pas aller là-bas parce c`est trop cher - ici nous payons 200 Shillings Tz par jour. Les gens ne veulent pas porter de lourdes charges des vêtements à l`étage comme ça et il n`y a pas de transport. Ce marché est ici parce qu`il est non loin du transport en commun et les vendeurs peuvent arriver facilement et amener leurs marchandises aux bus facilement."

Derrière les étalages des vêtements d`occasion se trouve un marché informel des fruits et légumes. Les représentants de TUICO et de StreetNet ont rencontré la Coopérative Chawana des vendeurs de noix de coco, également membre du TUICO, et une coopérative des vendeurs de légumes qui se sont plaints d`être harcelés par les agents municipaux. "Avant nous travaillions d`habitude autour du marché central de Kariakoo. Mais  la police nous a chassés de là et nous sommes venus ici. Nous sommes autorisés à vendre seulement entre 6h00-10h00. Quand la police siffle, il est temps pour nous de quitter. Nous essayons de pousser plus longtemps, nous voulons vendre pendant toute la journée. Et souvent les policiers ne sont pas correct, ils devraient nous faire payer 200 Shillings Tz tous les jours, mais parfois, ils peuvent nous demander de leur donner plus jusqu`à 1000 Sh Tz si non ils confisquent nos biens. Ici, les policiers rendent les choses très difficiles pour les vendeurs de rue, «l`un des vendeurs d`avocats a expliqué".

"C`est triste de penser quels seraient les avantages qu`il pourrait y avoir pour les plus de 50.000 vendeurs de rue et de marché à Dar s`ils avaient été consultés sur leurs besoins avant d`investir dans un bâtiment que personne ne veut, ni n`utilise. Si les autorités urbaines avaient seulement écouté, comme dit le slogan de StreetNet: "Rien pour nous, sans nous", a commenté Nora Wintour, Coordinatrice des Campagnes de StreetNet.

Like us
Galerie
Follow us on Twitter

Cités Classe Mondiale pour Tous (Portugais Blog)

Il existe également une version du Blog en portugais où l'on peut accéder à des mises à jour personnelles sur les nouvelles et événements. On peut y accéder à travers ce lien: http://streetnetbrasil.wordpress.com/
StreetNet NewsBox

NewsBox

BRASIL. Camelôs fazem protesto na Avenida Rangel Pestana. G1 Globo (11 de abril de 2015).

BRASIL. Operação retira ambulantes do calçadão do centro de Maceió. G1 Glob (7 de abril de 2015) por Carolina Sanches.

BRASIL.  Operação da PM e Prefeitura vai retirar camelôs do Comércio. Primeira Ediçao (30 de março de 2015 ).

StreetNet Internationale

StreetNet Internationale

StreetNet Internationale est une alliance des vendeurs de rue. Elle était lancée à Durban en République Sud Africaine en Novembre 2002. Ses membres sont des organisations telles les coopératives, unions ou Associations. Ces dernières regroupent directement les vendeurs de rue, du marché, et/ou les marchands en qualité de membres, qui sont ainsi autorisés à s’affilier à StreetNet Internationale.

L’ objectif de StreetNet est de promouvoir l’ echange de l’information et idées sur les questions critiques à l’ endroit des vendeurs de rue, du marché, et d’ autres marchands: à titre d’ exemple, les vendeurs mobiles. Il doit aussi promouvoir les stratégies concernant l’ organisation pratique et la defence de leur intérêts.