Les Vendeurs de Rue de New York Expulsés par Bike-Share Veulent Faire Entendre Leurs Voix

Par SARAH GOODYEAR

Comme les porte-vélos du programme Citibike Bike-share ont été installés dans New York au cours de ces dernières semaines, les New-Yorkais ont pris conscience de leurs espaces publics d’une toute nouvelle façon. Soudainement, les gens se sentent propriétaires des trottoirs sur lesquels ils marchent souvent sans réfléchir.

La plupart des plaintes concernant les nouveaux porte-vélos ressemblent au NIMBYism classique. A Fort Greene, certaines personnes sont mécontentes de l'impact esthétique cela a sur les blocs de repère (bien qu'ils soient apparemment peu soucieux de la façon dont toutes les grosses voitures sont stationnées en face de ces mêmes blocs). A Manhattan, certains résidents des coopératives disent qu'ils ne veulent tout simplement pas des porte-vélos si près de l'entrée de leur immeuble.

Mais il y a un porte-vélo qui est à l'origine d'un autre type de problème, et qui révèle des fissures profondes sur les trottoirs contestés de New York. Sur Liberty Street dans le Lower Manhattan, en dehors d'un immeuble de bureaux au 140 Broadway, cinq chariots de nourriture qui emploie une quinzaine de personnes ont été déplacés par des porte-vélos installés sur le trottoir là-bas. (En 2011, avec l'aide des pétitions des clients, les vendeurs sur ce site ont lutté avec succès contre une tentative des responsables de l'immeuble situé au 140 Broadway à les faire déguerpir).

Le Street Vendor Project à Urban Justice Center, un groupe de défense qui revendique près de 2.000 des 20.000 vendeurs ambulants de la ville comme membres, dit qu’alors que cinq chariots peuvent ne pas être beaucoup, la décision soulève des questions au sujet de qui a le droit d'utiliser les rues de la ville.

“C’est la façon dont nous concevons l'espace public et à qui nous pensons quand nous le faisons”, dit Sean Basinski, directeur de Street vendor Project. "Nous, vendeurs de rue, quelles revendications avons-nous, en notre qualité des gens qui travaillent, sur l'espace public?"

Les vendeurs ont organisé une manifestation à l'extérieur du siège du Département de transports de New York la semaine dernière, et demandent que la municipalité de New York construise les porte-vélos sur l’empierrement de la route, et ainsi libérer à nouveau les trottoirs pour les chariots. Basinski dit que le Ministère des Transports ne veut pas rencontrer son groupe pour discuter du placement des porte-vélos, qui dit-il a mis en danger les moyens de survie des "15 familles des immigrants de couleur."

Un porte-parole du Ministère de Transport a déclaré dans un e-mail que la partie du trottoir en question est une propriété privée et que le propriétaire avait demandé un porte-vélos de Citibike là-bas "pour servir ceux qui travaillent à cet endroit et aux environs". Il n'a pas répondu à la question sur la relocalisation des porte-vélos sur la route.

Les vendeurs de rue ont été une partie intégrante de New York pour à peu près aussi longtemps que la ville existe ici. Leur popularité est en partie fonction du rythme légendaire de New York: pourquoi perdre une minute et demie de marche pour aller à une épicerie acheter du café si au contraire vous pouvez en obtenir un à un charriot de rue à côté?

Mais c’est beaucoup plus que la vitesse. Les vendeurs qui vendent tout, du biryani, des noix sucrés, aux lunettes de soleil donnent aux rues de New York la plupart de leur caractère et vivacité. Et ils offrent souvent une opportunité d'affaires aux nouveaux immigrants qui n'ont pas les diplômes, les compétences linguistiques en anglais, ou du capital pour trouver d'autres types de travail.

En reconnaissance de la contribution des vendeurs de rue à la ville, la loi de New York City sur leurs droits est exceptionnellement libérale. Beaucoup de villes permettent la vente uniquement dans des endroits spécifiquement désignés, mais à New York, si vous avez une licence et tous les permis requis pour ce que vous vendez, vous pouvez installer votre boutique n'importe où sauf sur les rues qui sont explicitement fermées à la vente.

Cependant la liste des rues interdites est longue. Bien que la raison donnée pour fermer les rues soit souvent qu'elles sont trop encombrées par les piétons et par conséquent représentent un danger pour les vendeurs. Basinski dit que, souvent les fermetures se font à la demande des puissants “Business Improvement Districts” qui veulent maintenir une certaine apparence. "Il y a des questions de classe qui sont alignées avec la façon dont les rues sont”, dit Basinski. “Il est question de ce qu’il faut et ce à quoi nous voulons que cette place ressemble."

Le premier placement de chariots sur les rues qui sont ouvertes à la vente de rue, est étroitement surveillé. Selon le code tacite des chariots, une fois que vous vous êtes installés à une place de choix, vous avez gagné le droit d'être là régulièrement. Les clients savent où trouver leurs chariots préférés. Les vendeurs rivaux gardent leur distance. J'ai appris cette leçon à la dure quand lors du premier été de mon école secondaire j'ai vendu de la crème glacée sur un chariot, et je me suis installé sans le savoir sur un coin qui avait déjà été pris. Je n'y suis pas resté longtemps.

Basinski dit que son groupe est en faveur de bike-share et des pistes cyclables en général. Il utilise le vélo pour son propre transport. Mais il s’inquiète de la façon dont ce groupe de vendeurs immigrants a été expulsé par CitiBike en utilisant de vieilles perceptions sur la communauté des cyclistes qui est très majoritairement blanche et riche.

D'une certaine façon, les controverses sur l'utilisation des trottoirs sont un bon problème à avoir. Ils montrent la valeur des rues et des espaces publics de New York, une sorte d'anomalie dans un pays où beaucoup de trottoirs du centre-ville sont déserts, improductifs, et mal aimés, au point que, dans certains cas les développeurs les contournent en utilisant les skywalks élevés.

Ceci étant New York, le premier trottoir immobilier restera sans aucun doute à une prime. Qui obtient cet espace reste toujours dans une certaine mesure tributaire de l'argent et du pouvoir politique, quelque chose dont les vendeurs n'ont pas en quantité, dit Basinski. Leurs clients d'origine américaine qui ont des emplois stables, sont plus susceptibles d'attirer l'attention des élus, dit-il, mais il est peu probable qu'ils prennent la peine. "Même si vous compatissez fermement avec votre vendeur de falafel, allez-vous vraiment appeler votre conseiller municipal à ce sujet?", demande-t-il.

Et donc Street Vendor Project travaille pour éduquer et organiser les vendeurs eux-mêmes. "

Vous devez penser à tous les usagers de la ville", dit Basinski." Et d"abord aux plus marginalisés."

Sarah Goodyear a écrit à propos des villes pour diverses publications, y compris Grist et Streetsblog. Elle vit à Brooklyn. Toutes les postes.

Source: www.theatlanticcities.com;

Like us
Follow us on Twitter

Cités Classe Mondiale pour Tous (Portugais Blog)

Il existe également une version du Blog en portugais où l'on peut accéder à des mises à jour personnelles sur les nouvelles et événements. On peut y accéder à travers ce lien: http://streetnetbrasil.wordpress.com/
StreetNet NewsBox

NewsBox

BRASIL. Camelôs fazem protesto na Avenida Rangel Pestana. G1 Globo (11 de abril de 2015).

BRASIL. Operação retira ambulantes do calçadão do centro de Maceió. G1 Glob (7 de abril de 2015) por Carolina Sanches.

BRASIL.  Operação da PM e Prefeitura vai retirar camelôs do Comércio. Primeira Ediçao (30 de março de 2015 ).

StreetNet Internationale

StreetNet Internationale

StreetNet Internationale est une alliance des vendeurs de rue. Elle était lancée à Durban en République Sud Africaine en Novembre 2002. Ses membres sont des organisations telles les coopératives, unions ou Associations. Ces dernières regroupent directement les vendeurs de rue, du marché, et/ou les marchands en qualité de membres, qui sont ainsi autorisés à s’affilier à StreetNet Internationale.

L’ objectif de StreetNet est de promouvoir l’ echange de l’information et idées sur les questions critiques à l’ endroit des vendeurs de rue, du marché, et d’ autres marchands: à titre d’ exemple, les vendeurs mobiles. Il doit aussi promouvoir les stratégies concernant l’ organisation pratique et la defence de leur intérêts.