Gestion anti-transpirant : Vers la pauvreté inodore, sans couleur et sans saveur

Par Luciana Itikawa

En moins d'une semaine, deux épisodes de la vente de rue montrent la capacité magique de dissimuler la pauvreté lorsqu’elle  apparaît obstinément, cependant, tragiquement, avec la mort de trois vendeurs: un à Sao Paulo et deux à Rio de Janeiro cette semaine septembre 2014.

Bien sûr, la mort, est la fin de la gestion militarisée du problème, entre autres, urbain. Malgré tous les efforts des gouvernements d'améliorer et implémenter leur répressif apparente aux diverses manifestations de la pauvreté, ces travailleurs continueront à exposer leurs sueurs, alors que ceci n'est pas un spectre uniquement visible dans les statistiques.

La vente de rue est strictement liée à la constitution de la main-d'œuvre gratuite et systématique de maintenance des travailleurs hors leu marché du travail formel au Brésil, malgré un des taux les plus élevés de registrations professionnelles dans l'histoire récente.

Pourquoi, alors, les vendeurs « insistent » de comparaître et de contester ces polices armées dans les grandes villes ? Pourquoi continuent-ils toujours de travailler  malgré l’annulation par l'ancien maire de São Paulo de  toutes les licences dans la ville en 2012? Pourquoi sont- ils sont autorisés dans certains endroits et pas dans des autres ?

Voici quelques réflexions: 

Tout d'abord, pourquoi, alors, ils donc ils questionnent les travailleurs gouvernementaux qui travaillent sans permis ? Il y a 138,000 colporteurs dans la ville et 158,000 dans la région métropolitaine de São Paulo sous DIEESE en 2010, malgré le nombre dérisoire de licences dans la ville (1,940) représentant seulement 1,4 % de tous les  travailleurs de la ville. Les autres travailleurs environ 136,000, sont donc obligés de quotidiennement courir pour échapper aux patrouilles. Le dernier vendeur est mort à Sao Paulo, Carlos Augusto Muniz de Souza, 30 ans, fut l'un d'entre eux. A la veille de sa mort, il avait promis à sa femme: "Nous n’allons plus courir de la police. " Il n'y avait pas assez de temps, cette mort fait partie du maintien fort de la dissimulation de la pauvreté par l'interface armé du gouvernement. La patrouille de la police agit sur la surface visible de l’information  d'un iceberg de ceux qui sont à l'extérieur, simultanément,  le droit au travail, droit à la ville, droit à la protection sociale, etc.. Voir la violente reprise de la propriété détenue par la police militaire quelques jours plus tôt dans le centre-ville de São Paulo.

Ensuite, pourquoi il y a encore un prédicant juridique sur la régularisation de leurs licences ? L'ancien maire a annulé toutes les licences et même ceux qui ont encore celles de 1,940 font face à l'embarras de travailler pendant deux ans sous l’injonction de la Justice dont la rationalité reposait dans le droit à la ville. La poursuite juridique civile menée par le défenseur du peuple de l'état de São Paulo et le Centre Gaspar Garcia pour les droits de l'homme reste encore à être  jugée puisque l'impasse institutionnelle entre la mairie et la Justice est résolue. Malgré la tentative par les travailleurs et la société civile ont institué  l'an dernier un dialogue avec la municipalité  toutes les deux semaines pour 6 mois afin de résoudre ceci politiquement, rien n’a recèlement été avancé pour résoudre le problème.

Troisièmement, pourquoi le vide entre le nombre des licences et le nombre total des vendeurs qui travaillent dans toute la ville? Qui assistent quotidiennement à toutes stations de transfert dans tout le pays pour faire les transferts à 5.00 – 6.00am ou 9.00 – 10.00pm a probablement vu des dizaines des vendeurs en train de servir une population massive qui se déplacent entre le domicile et le travail. Cela ne serait pas nouveau pour toute personne si nous relisons que presque une autre ville (1,9 millions) se déplace chaque jour d'un côté à l'autre dans la région métropolitaine, selon l'étude « Macrometropolis the Commuting in le São Paulo [Macrometropolis, navettes à São Paulo] ». Cette étude montre que, malgré que la croissance de la population de la région métropolitaine ait stoppée, leurs navettes ont presque doublées (de 1,1 millions en 2000 à 1,9 millions en 2010). Ces espaces de connexions de transport sont devenus des territoires et des services commerciaux à cette vaste population itinérante, malgré la sous-estimation de ce fait par les lois et les départements de transport.

Pour cette raison, des vendeurs de rue en 2013 étaient organisés et ont réussis à inclure pour la première fois dans le Plan directeur de la ville de São Paulo, le fait besoin de cette activité [qui]  fait face à ce flux important de personnes à travers le territoire. Ce collectif des travailleurs, a appelé le Forum des vendeurs de rue, qui a été organisé en 2012 pour participer aux audiences publiques du Plan directeur de São Paulo et a présenté trois propositions, bien que seulement une  a été incluse: La "création des centres commerciaux populaires dans les zones de grande circulation telles que les Points d’arrivés massifs et des stations de métro et gares" (p. 10- Polaire de Centralités et linéaire).

Quatrièmement, pourquoi sont-ils autorisés dans certains endroits et pas dans d'autres ? Il n'y a qu'un seul type de licence dans les espaces publics, la « licence d'autorisation », qui s'adresse aux artisans, kiosques, vendeurs de rue, camions de nourriture et même ‘parklets’. Parce qu'il occupe les lieux publics, l'autorisation doit être précaire et sans sécurité d'occupation, c’est-à-dire que ça  peut être unilatéralement retirée volontairement par le gouvernement. Cependant, pourquoi fermer les yeux dans certains endroits et l'intolérance dans d'autres ? La vente de rue est l'un des visages de la pauvreté qui ont été exterminés dans les espaces publics et privés dans les zones où ils menacent les biens et les intérêts politiques. L'excuse est presque toujours l'exécution de l’infrastructure, transport, etc., même quand elle est occupée par le même type d'activité, cependant, plus embourgeoisé, par exemple les camions de nourriture, qui a réussi 900 licences dans la municipalité ; ou les compagnies de boissons pendant la Coupe du monde, qui ont obtenu le droit d'occuper tout un centre de Sao Paulo dans une immense place afin faire exclusivement la publicité de leurs produits.

Les Vendeurs  de rue ne sont pas un problème à gagner seulement par la puissance de la répression policière. Toutes les démonstrations de lutte contre la pauvreté défieront toujours les gestions qui croient que la pauvreté régnera à moins qu'ils n’aient senti la couleur et le goût.

César García, Secrétaire de StreetNet International, croie que "l'oppression subie par les vendeurs de rue au Brésil et ailleurs dans le monde sont causés par le manque de volonté politique des gouvernements. Il est plus facile de cacher le problème que d'essayer de le résoudre. "
Les « autres pays ont montré qu’avec notre aide, [il y a] la capacité et la volonté de négocier le consensus. Nous pouvons aider, en tant q’ organisation mondiale et expérimentée, à trouver une solution. Seulement la volonté politique est nécessaire. »

Like us
Galerie
Follow us on Twitter

Cités Classe Mondiale pour Tous (Portugais Blog)

Il existe également une version du Blog en portugais où l'on peut accéder à des mises à jour personnelles sur les nouvelles et événements. On peut y accéder à travers ce lien: http://streetnetbrasil.wordpress.com/
StreetNet NewsBox

NewsBox

BRASIL. Camelôs fazem protesto na Avenida Rangel Pestana. G1 Globo (11 de abril de 2015).

BRASIL. Operação retira ambulantes do calçadão do centro de Maceió. G1 Glob (7 de abril de 2015) por Carolina Sanches.

BRASIL.  Operação da PM e Prefeitura vai retirar camelôs do Comércio. Primeira Ediçao (30 de março de 2015 ).

StreetNet Internationale

StreetNet Internationale

StreetNet Internationale est une alliance des vendeurs de rue. Elle était lancée à Durban en République Sud Africaine en Novembre 2002. Ses membres sont des organisations telles les coopératives, unions ou Associations. Ces dernières regroupent directement les vendeurs de rue, du marché, et/ou les marchands en qualité de membres, qui sont ainsi autorisés à s’affilier à StreetNet Internationale.

L’ objectif de StreetNet est de promouvoir l’ echange de l’information et idées sur les questions critiques à l’ endroit des vendeurs de rue, du marché, et d’ autres marchands: à titre d’ exemple, les vendeurs mobiles. Il doit aussi promouvoir les stratégies concernant l’ organisation pratique et la defence de leur intérêts.