Levez le chapeau aux vendeurs de rue de New York

Le nombre des permis pour les vendeurs de rue n'a pas bougé depuis 1981, l'année où le Prince Charles a marié la princesse Diana

Beaucoup de New-yorkais pleurent la fermeture de Snail Cinnamon, le camion de la nourriture de la ville la plus populaire et le gagnant régnant du prix Vendy, après avoir été forcé d'arrêter son moteur plus tôt ce mois-ci.

Des centaines de fans se sont regroupés pendant plus de deux heures dans des températures glaciales pour tenter une dernière tempeh de habanero abricot grillé au lard de noix de coco au piment fumé. Leur amour et tristesse pour les délices de la camionnette alimentaire ont fait écho à travers les médias sociaux.

Après cinq ans de de la construction de son entreprise d'un à 30 membres du personnel, Chef Adam Sobel l'a appelé quitter. M. Sobel a terminé son entreprise parce que la ville ne donnerait pas à ce pourvoyeur de nourriture visionnaire un permis pour entreprise son business mobile.

Cinnamon Snail n'est pas seul. Des milliers d'entrepreneurs potentiels de nourriture, beaucoup d'entre eux étant des immigrants poursuivant le rêve américain, ont vu leurs ambitions écrasés par des caps périmées et arbitraires sur les permis de vente de nourriture.

En 1981, des grandes entreprises et des compagnies des propriétés immobilières ont convaincu la ville pour limiter les permis de vente. Les grands distributeurs ont affirmé que les vendeurs vendent aux prix inférieurs aux leurs et ont enlevé leurs clients. En fait, la compétition est une manière Américaine. Aussi, bon nombre de ces mêmes grandes entreprises peuvent retracer leurs racines à un chariot - quelque chose qu'ils oublient invariablement de mentionner !

Trente-quatre ans plus tard, la vente est mue dans le courant principal. Les architectes des cités ont commencé à reconnaître que les vendeurs aident avec la création des bons centres urbains de piétons. New York vit toujours vivre dans le passé. Bien que la ville a vu une renaissance depuis 1981 et la scène des aliments est plus excitante que jamais, le nombre des permis de vente n'a pas bougé des 3.000que le conseil a déterminé la même année que le Prince Charles a marié la princesse Diana.

Au lieu de visiter le département de la santé, les vendeurs comme M. Sobel pourrait avoir à se tourner vers le marché noir, où un permis de deux ans de validité délivré par la municipalité pour 200 $ est délivré à un prix aussi élevé qu'à 25 000 $. C'est illégal et risquant. Les transactions se font dans des garages sombres avec des enveloppes d'argent. Pour M. Sobel, ce risque ne vaut pas la peine. Il projette prendre son camion à New Jersey, où les règlements sont plus favorables.

Beaucoup des vendeurs ne sont pas si chanceux. Ne voulant pas attendre 20 ans pour un permis et incapable d'en acheter un sur le marché noir, ils sont obligés de vendre leurs tacos ou tamales sans en avoir un. Le résultat est souvent l'arrestation et la confiscation de leurs chariots. S'ils sont ici sans papiers, ils peuvent être déportés. Pendant tout ce temps, la police perd du temps et des efforts qui pourraient être consacrés à aller après les vrais criminels. Comme des innombrables fans de Cinnamon Snail l'attesteront, le système ne fonctionne pas - pour les vendeurs, leurs clients ou pour l'économie de la ville.

Heureusement, la solution est simple. Les vendeurs et leurs alliés dans l'ensemble de la ville demandent à la ville d'abroger la PAC de 1981 pour les permis. Nous espérons que le Conseil municipal examinera cette question dans les prochains mois, et le maire Bill de Blasio sera à bord. Ceci permettra aux vendeurs de sortir de l'ombre et formaliser leurs business la vente de rue. Cela créera des milliers de bons emplois pour les personnes de la classe économique très base. Il réparera la réputation de notre ville comme un centre de l'innovation alimentaire. Et il fera de nos trottoirs, une fois de plus, les voies des opportunités.

Sean Basinski est le directeur du projet de la vente de rue au Centre de Justice Urbaine.

Source : http://www.crainsnewyork.com/article/20150320/OPINION/150329998/lift-the-cap-on-new-york-citys-street-vendors

Article édité par StreetNet

Like us
Follow us on Twitter

Cités Classe Mondiale pour Tous (Portugais Blog)

Il existe également une version du Blog en portugais où l'on peut accéder à des mises à jour personnelles sur les nouvelles et événements. On peut y accéder à travers ce lien: http://streetnetbrasil.wordpress.com/
StreetNet NewsBox

NewsBox

BRASIL. Camelôs fazem protesto na Avenida Rangel Pestana. G1 Globo (11 de abril de 2015).

BRASIL. Operação retira ambulantes do calçadão do centro de Maceió. G1 Glob (7 de abril de 2015) por Carolina Sanches.

BRASIL.  Operação da PM e Prefeitura vai retirar camelôs do Comércio. Primeira Ediçao (30 de março de 2015 ).

StreetNet Internationale

StreetNet Internationale

StreetNet Internationale est une alliance des vendeurs de rue. Elle était lancée à Durban en République Sud Africaine en Novembre 2002. Ses membres sont des organisations telles les coopératives, unions ou Associations. Ces dernières regroupent directement les vendeurs de rue, du marché, et/ou les marchands en qualité de membres, qui sont ainsi autorisés à s’affilier à StreetNet Internationale.

L’ objectif de StreetNet est de promouvoir l’ echange de l’information et idées sur les questions critiques à l’ endroit des vendeurs de rue, du marché, et d’ autres marchands: à titre d’ exemple, les vendeurs mobiles. Il doit aussi promouvoir les stratégies concernant l’ organisation pratique et la defence de leur intérêts.