Hommage à une ardente défenseuse des vendeurs informels et des droits des femmes

Le 14 juin 2021, Mme Comfort Doryen est décédée. L’une des plus grandes femmes leaders de StreetNet International, elle était une ardente défenseuse des droits des vendeurs informels et des femmes qui a laissé après elle un héritage riche et inspirant.

Dans son pays, le Libéria, Comfort a été l’une des pionnières de la négociation de protocoles d’accord avec les autorités municipales pour promouvoir les ventes dans les rues et sur les marchés. Fondatrice de la Fédération des syndicats des petits commerçants et des travailleurs informels du Libéria, elle était aussi une femme-leader internationale qui a représenté StreetNet/WIEGO au Forum urbain mondial et au Congrès international HABITAT III 2016, où le Nouveau Programme pour les villes (Nouvel agenda urbain) a été adopté.

Comfort a également été membre du Conseil international de StreetNet. Tout au long de ses années au sein de l’organisation, elle a toujours laissé une profonde impression aux membres de la famille StreetNet en tant que décideuse énergique et stratégique. Son décès a brisé le cœur de plusieurs d’entre nous.

Pour honorer Comfort, avec le soutien de WIEGO, StreetNet a organisé une cérémonie commémorative. Ses camarades de plusieurs pays différents ont souligné le profond engagement de Comfort en faveur des droits des vendeurs informels et sa détermination à lutter pour l’autonomisation des femmes, et ont partagé leurs souvenirs et se sont soutenus mutuellement.

Pour Lorraine, présidente de StreetNet, Comfort a été une amie proche et une source de force. « Elle a beaucoup contribué à la femme que je suis aujourd’hui au sein de StreetNet », a-t-elle déclaré. « Comfort était une femme leader très ferme. Elle n’avait pas peur et elle défendait ce qui était juste ».

Comfort a toujours veillé à ce que la voix des vendeurs informels, en particulier des vendeuses informelles, soit entendue, à la fois au Libéria et dans le monde. Comme l’a déclaré Mike Bird, directeur des opérations de WIEGO qui a travaillé avec Comfort pour déployer les efforts de plaidoyer dans le monde : « Elle n’a eu aucune crainte à défendre les vendeurs de rue, à la fois à Monrovia, mais aussi dans le monde entier lorsqu’elle a été invitée à le faire, et je ne l’ai jamais vue prendre un pas en arrière ».

Outre sa force et sa détermination, Comfort sera aussi gravée dans nos mémoires de sa personnalité joyeuse. Du Sénégal au Rwanda en passant par l’Uruguay, les camarades de Comfort ont partagé l’importance qu’elle a faite dans leur vie. Surtout dans le cas d’autres femmes leaders avec qui Comfort discutait régulièrement de questions liées au féminisme et à l’autonomisation des femmes. Comme Gabriela Calandria, membre du Conseil International de StreetNet d’Uruguay, l’a dit « Il y a encore une chose qui fait aussi partie de StreetNet – c’est la sororité ».

Comfort est décédée au Ghana, où elle suivait des traitements pour une maladie. L’organisation à laquelle elle appartenait et qu’elle a fondée, la Fédération des syndicats des petits commerçants et des travailleurs informels du Libéria, s’est rapidement mobilisée pour soutenir sa famille pendant cette période difficile. StreetNet a également lancé une campagne de financement participatif pour aider la famille à supporter les coûts élevés des dépenses médicales et funéraires et a réussi à collecter plus de 1 500 dollars américains, mobilisant des camarades du monde entier qui ont exprimé leur solidarité.

Nous continuerons à maintenir l’héritage laissé par Comfort. « Une icône du mouvement avec un riche héritage », a déclaré la coordinatrice internationale Oksana Abboud, « Et c’est ainsi qu’elle restera dans nos cœurs. La Sœur Comfort, reposez-vous en paix ! »

Pour reprendre les mots de l’ancienne coordinatrice internationale, Mme Pat Horn :

« Comme on dit en Afrique du Sud ………

Hamba kahle (va bien), notre jeune sœur,

Akekho ufana naye (il n’y a personne comme elle) »