Formation sur le dialogue social pour les vendeurs de rue en Azerbaïdjan

La fédération azerbaïdjanaise Xhidmat-ISH, soutenue par l’organisation internationale de StreetNet, a organisé un certain nombre de séminaires éducatifs et de formation sur le thème « Bases du dialogue social entre les vendeurs de rue ». Comme nous le savons, la discussion périodique de la tâche stratégique du dialogue social et du tripartisme conformément au mécanisme de mise en œuvre de la Déclaration sur la justice sociale pour une mondialisation équitable a été adoptée en 2008 par l’OIT.

Qu’est-ce que le dialogue social ?

Le dialogue social comprend tous les types de négociation, de consultation et d’échange d’informations entre et parmi les représentants des gouvernements, des syndicats, des employeurs et des travailleurs sur des questions d’intérêt commun liées à la politique économique et sociale. Le dialogue social est à la fois un vecteur de progrès social et économique et une fin en soi, car il donne aux gens une voix et les engage dans les questions liées aux affaires publiques et à l’emploi.

Le dialogue social est au cœur du fonctionnement de l’OIT elle-même, et il est fermement ancré dans pratiquement toutes les conventions et recommandations de l’OIT et dans l’Agenda du travail décent. De nombreuses dispositions des conventions et recommandations nécessitent directement la consultation des partenaires sociaux.

Le thème principal des séminaires éducatifs et de formation était de savoir comment protéger les droits des vendeurs de rue à travers le dialogue social.

StreetNet et Xhidmat-ISH

StreetNet a lancé ses activités en novembre 2002, à Durban, en Afrique du Sud. Les organisations membres (syndicats, coopératives ou associations) qui rassemblent directement des vendeurs de rue, des vendeurs de marché et/ou des colporteurs parmi leurs membres sont éligibles pour rejoindre StreetNet International. StreetNet vise à soutenir l’échange d’informations et d’idées sur les problèmes critiques auxquels sont confrontés les vendeurs de rue, les vendeurs de marché et les colporteurs (vendeurs ambulants) et les problèmes pratiques de stratégies d’organisation et de plaidoyer.

L’organisation coopère étroitement avec les syndicats azerbaïdjanais de la fédération Xhidmat-ISH depuis 2012. En 2016, lors du Congrès international au Kirghizistan, le Conseil international, composé de 15 leaders a été élu. Monsieur Jamaladdin Ismayilov a été élu secrétaire. Ce choix a été dû au fait que beaucoup de choses avaient été réalisées dans notre pays pour protéger les droits des vendeurs de rue. Un nouveau marché pour les vendeurs de rue a été construit dans notre pays, et plusieurs ont été agréablement surpris de voir les conditions créées pour cette catégorie de citoyens actifs. C’est ainsi que de nouveaux marchés ont été construits sur l’autoroute Bakou-Gazakh.

Cette fois, avec l’aide de Streetnet, Xhidmat-ISH a organisé une série d’événements et d’ateliers. A part Bakou, les séminaires ont eu lieu à Shemkir et Gabala.

L’importance du dialogue social pour les vendeurs de rue

L’événement qui s’est tenu à Bakou a réuni des représentants d’organismes publics, un représentant de l’Inspection nationale du travail et de la Confédération des entrepreneurs, des représentants de l’Union des entrepreneuses d’Azerbaïdjan. L’événement a été accueilli par Jamaladdin Ismayilov, actuel vice-président de Xhidmat-ISH et le secrétaire de Streetnet. Lors de son discours, il a déclaré que le président azerbaïdjanais, Monsieur Ilham Aliyev, a renforcé la stabilité économique du pays. L’État accorde une attention particulière au développement des petites et moyennes entreprises. Dans le cadre des processus en cours dans la république d’Azerbaïdjan, une attention particulière devrait également être accordée au développement du dialogue social entre les employeurs et les employés, dans le cadre des conventions collectives.

L’événement a également souligné le rôle irremplaçable que joue le dialogue social dans la mise en œuvre du programme de travail décent dans notre État pour améliorer la condition non seulement des vendeurs de rue, mais aussi celle de la population vulnérable dans son ensemble. Il a été noté qu’à l’avenir, il est nécessaire d’impliquer les syndicats dans la formation entrepreneuriale.

Malgré le fait que depuis le 1er janvier 2014, le Département du commerce et des services de la ville de Bakou a interdit le commerce de rue, dans la capitale de l’Azerbaïdjan, Bakou, vous pouvez toujours trouver des gens qui vendent toutes sortes de choses, des citrons, des bibelots et des vêtements.

Cependant, le transfert des vendeurs ambulants des rues vers un marché organisé, pour éviter des conditions insalubres, est un problème soluble. Heureusement, il existe de nombreux marchés et foires agricoles à Bakou. Il suffit de créer des conditions acceptables pour que les gens commercent dans ces installations et non dans la rue.

Compte tenu des conditions de la pandémie de Covid-19, le respect des conditions sanitaires et épidémiologiques est nécessaire pour éradiquer le virus. Pour améliorer les conditions des vendeurs de rue, il est nécessaire de coopérer dans le cadre du dialogue social, à la fois tripartite et multilatérale.

La Fédération azerbaïdjanaise Xhidmat-ISH ainsi que l’organisation internationale de Streetnet sont intéressées à organiser ces événements éducatifs pour former et motiver l’implication des vendeurs de rue dans le mouvement syndical.

Article écrit par Mme Parvin Alizade, Jeune Reporter de StreetNet en Azerbaïdjan