Membre du Conseil international

Alice Nkunzimana (Burundi)

Membre du Conseil international

Alice Nkunzimana est une mère célibataire de nationalité burundaise. Elle a une licence en Informatique, Option Gestion et Télécoms. Alice est une personne active et dynamique pour la promotion, la protection et la défense des droits des femmes et plus spécifiquement les droits des filles. Elle est née en commune et province Rumonge et elle réside actuelle est en Mairie de Bujumbura.

Alice est une personne intègre et engagée dans les mouvements associatifs de défense des droits. Elle est la Présidente du Syndicat des Vendeuses et vendeurs de rue du Burundi (SYVEBU). Elle a à son actif 12 ans d’expérience dans la gestion et l’implémentation des projets, plus spécifiquement les projets en rapport avec l’inclusion du genre dans tous les secteurs de la vie du pays, l’autonomisation économique des femmes et des jeunes et le coaching sur le choix des initiatives génératrices de revenus innovantes. Elle a également de l’expérience dans l’encadrement des jeunes pour la réintégration et le retour à l’école. Alice a de fortes capacités dans la gestion et coordination du travail en synergie, des consortiums, coalitions et/ou plateformes.

Alice a de l’expérience sur l’encadrement et le coaching des groupements à caractère communautaire et différents groupes de solidarité. Elle a aussi travaillé comme coordinatrice des projets dans différentes organisations locales de défense des droits des femmes et elle a occupé différentes fonctions comme bénévole. Elle a fait des consultances en rapport avec la promotion du genre et l’autonomisation de la femme.

Mme Afiavi Anastasie Chodaton (Bénin)

Membre du Conseil international

Anastasie Chodaton est la secrétaire générale par intérim du Syndicat National des Vendeurs, Vendeuses et Assimilés des Marchés du Bénin (SYNAVAMAB), affilié de StreetNet, et membre du Conseil international de StreetNet.

Elle est également l’actuelle représentante des vendeurs du marché auprès du Conseil d’Administration de la Société de Gestion des Marchés Autonomes SOGEMA, et Présidente de l’Association des vendeuses Unies pour le Développement.

Dans le cadre de son travail avec ces organisations, elle mène des activités de sensibilisation, des actions de lutte pour les droits des travailleurs de l’économie informelle au niveau des marchés de son pays. Ils travaillent en amont avec le gouvernement pour une bonne organisation des marchés.

Anthony Kwache (Kenya)

Membre du Conseil international

En 1993, Anthony a commencé à travailler dans l’économie informelle à Nairobi. Il a ensuite déménagé à Kisumu et a commencé à faire du commerce le long des rues du centre-ville. C’est là qu’Anthony a commencé à organiser des marchands et des vendeurs de rue. Il a assumé le poste de président de l’organisation des vendeurs informels de Kisumu en 1995. Il a ensuite été choisi pour siéger au conseil d’administration de KENASVIT de 1996 à 2012. Anthony a été élu président national de KENASVIT en 2013 et il est toujours à ce poste. Au cours de cette période, il a participé au mouvement national pour la promulgation de la loi de 2010 sur les micro et petites entreprises, qui comprenait la création d’une autorité de micro et petites entreprises (MSE), d’un tribunal et d’un fonds, maintenant connu sous le nom de Hustlers’ Fund. KENASVIT fait partie du conseil d’administration de MSE depuis sa création. Anthony a été à l’avant-garde de la défense d’une protection sociale complète et inclusive pour les membres de KENASVIT. Des marchés sont construits pour les membres dans toutes les régions de KENASVIT. En outre, KENASVIT mène des négociations collectives entre les membres et les autorités locales. Anthony est également un chef de file dans la création d’espace et la possibilité pour les femmes et les jeunes d’occuper des postes de direction, ainsi que pour aider les personnes handicapées à être reconnues et à assumer des postes de direction. Actuellement, il accorde la priorité aux questions liées au bien-être de l’enfance, à la santé et à la sécurité au travail. Anthony considère qu’il est essentiel de plaider pour l’inclusion des travailleurs et d’influencer l’élaboration des politiques qui les concernent. La lutte continue pour que rien ne se fasse pour nous sans nous.

Gbenga Komolafe (Nigeria)

Membre du Conseil international

Olugbenga Ebenezer Komolafe, bien connu dans les milieux nigérians des droits de l’Homme et des syndicats sous le nom de Gbenga Komolafe, est né le 16 octobre 1964 dans le sud-ouest du Nigeria. Il s’est fait connaître en 1989 lorsqu’il a été arrêté par la junte militaire du général Ibrahim Badamasi Babangida, à la suite de manifestations populaires de masse contre l’autocratie militaire, la mauvaise gestion économique et la corruption politique. En tant que président du Sénat de l’Association nationale des étudiants nigérians (NANS), il a contribué à articuler et à façonner l’opposition à l’autocratie militaire dans les années 1980 et 1990. Diplômé de l’université d’Ibadan en 1991, Gbenga Komolafe a immédiatement pris part à un mouvement pro-démocratique en plein essor, en cofondant le Comité pour la défense des droits de l’Homme (CDHR), qui est devenu la principale organisation de défense des droits de l’Homme au Nigeria.

En 1998, Gbenga Komolafe est devenu boursier du Centre de recherche et de documentation (CRD) de Kano, au Nigéria. Le thème de ses recherches portait sur divers aspects de l’économie informelle et son importance dans la société civile au sens large. Il a rejoint le Centre américain pour la solidarité internationale du travail en 2002, mais a démissionné de son poste de responsable principal du programme en 2010 pour commercer à organiser la Fédération des organisations de travailleurs informels du Nigéria (FIWON) et réaliser sa passion de longue date d’aider à organiser les travailleurs dans les secteurs informels de l’économie nigériane. Au prix de grands sacrifices personnels, il a mené un certain nombre de campagnes de rue pour lutter contre les traditions bien ancrées d’oppression et de répression contre les travailleurs informels. Depuis la crise de la pandémie du virus Covid-19 et ses terribles répercussions sur les travailleurs du secteur informel, il s’est efforcé d’assurer que les services d’assurance sociale, notamment l’assurance-maladie, l’assurance-vie et l’assurance accident, soient étendus aux travailleurs du secteur informel. Comme résultat de ses efforts, des centaines de travailleurs du secteur informel se sont inscrits pour la première fois à ces programmes.

Jorge Antonio Peralta (Guatemala)

Membre du Conseil international

Jorge Antonio Peralta Pérez est originaire du Guatemala. Il est diplômé en journalisme et en droit du travail de l’Université nationale de l’USAC. Il a également terminé des études supérieures en graphisme, en informatique et en édition Web. Il est actuellement secrétaire général de la Fédération de FENTRAVIG. En 2023, Jorge a fêté ses 50 ans. Il est marié et a trois fils.

José Herminio Diaz Guevara (Le Salvador)

Membre du Conseil international

José Hermínio Diaz Guevara travaille dans l’économie informelle depuis l’âge de dix ans, notamment comme vendeur ambulant. Il a rejoint l’association FESTIVES à l’âge de 17 ans et y est devenu secrétaire chargé du travail avec les jeunes. Il est resté dans cette position pendant une longue période. Il est ensuite devenu secrétaire aux finances et est maintenant le secrétaire général de l’organisation. Il a fait partie de plusieurs associations de travailleurs de l’économie informelle. À présent, il est membre du Conseil international de StreetNet et représente cette organisation au niveau international.

Martha Garcia Santoyo (Mexique)

Membre du Conseil international

Martha García Santoyo est née en 1960. Elle est la représentante de FNOTNA, affilié de SNI au Mexique. Elle est la fondatrice et l’actuelle secrétaire générale de l’Association des petits commerçants de Matamoros Tamaulipas et a occupé des postes de direction dans de nombreuses associations locales de sa région. Son travail a été reconnu au Mexique, notamment par une organisation de femmes. En 2014, elle a reçu la médaille de « Femme combattante, femme courageuse » décernée par la Mairie de la ville de Matamoros Tamaulipas.

Mwijuka Jesca (Ouganda)

Membre du Conseil international

Mwijuka Jesca est une mère de trois enfants. En plus de son rôle principal en tant que dirigeante syndicale et militante des droits des travailleurs, se concentrant sur l’évolution des conditions des travailleurs de l’économie informelle, elle est également formatrice en ligne pour les travailleurs de l’économie informelle. Jesca travaille comme vendeuse au marché central de Mbarara.

Elle a commencé à rejoindre le mouvement syndical en tant que secrétaire du marché de Wakasanke en 2010. Puis, en 2011, elle est devenue secrétaire syndicale des marchés ougandais et du syndicat des travailleurs assimilés. En 2015, elle a été élue membre du comité de l’Organisation centrale des syndicats libres en Ouganda et secrétaire du comité des jeunes.

En 2018, elle a été élue secrétaire générale adjointe du Syndicat ougandais des marchés et des travailleurs assimilés. Cette même année, elle est également devenue membre du Conseil d’administration de l’Organisation nationale des syndicats représentant les travailleurs de l’économie informelle.

Depuis 2021, Jesca est conseillère ouvrière de la ville de Mbarara depuis 2021 et présidente du réseau de travailleurs de l’économie informelle qu’elle a aidé à établir en Ouganda.

Tamara Bodnari (Moldavie)

Membre du Conseil international

Même dans sa jeunesse, en tant qu’étudiante, Tamara aimait être au cœur des événements, se faire des amis avec des collègues, les aider dans différentes situations. C’est peut-être pour cette raison qu’à l’âge de 17 ans, elle a été élue pour la première fois organisatrice syndicale pour l’ensemble des 300 étudiants de la faculté. Les activités sociales la fascinaient et elle réalisa qu’aider et prendre soin des autres étaient sa passion. Depuis, elle ne s’est jamais séparée du mouvement syndical. 

Depuis plus de 16 ans, Tamara est membre de la famille amicale de la Fédération syndicale « Moldavie-Business-Sind ». Avec d’autres collègues, elle essaie d’aider les membres du syndicat de toutes les manières possibles. En tant que syndicat, ils considèrent qu’il est très important de protéger les droits sociaux de ceux qui commercent sur les marchés du pays et de ceux qui sont des travailleurs indépendants. Ils organisent des réunions conjointes, des formations, des séminaires et font des propositions dans la formulation de diverses lois moldaves. Ces dernières années, le travail s’est également intensifié pour former de nouveaux syndicats primaires, qui ont renforcé les liens avec les travailleurs de l’économie informelle, notamment dans les domaines de l’égalité des sexes, de la lutte contre la violence au travail, de la politique urbaine et d’autres sujets. Tamara et « Moldova-Business-Sind » sont reconnaissants pour l’aide et le soutien qu’ils reçoivent en tant qu’affiliés de StreetNet.

Tamara est mariée, a deux enfants et une petite-fille qu’elle aime beaucoup. En plus de ses activités principales, elle se passionne pour l’organisation d’excursions et la pêche.