Dynamiques de négociation en Côte d’Ivoire : comment les travailleurs de l’économie informelle peuvent-ils faire la différence

Par Irene Doda
27 mai, 2024
Partager
Imprimer
En avril 2024, StreetNet a organisé un atelier sur les compétences en négociation à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Les travailleurs de l’économie informelle ont le pouvoir d’influencer les politiques et sont capables de le faire à tous les niveaux.

En Côte d’Ivoire, la saison des pluies commence en avril. Le ciel d’Abidjan se transforme fréquemment en gris foncé et de fortes précipitations commencent à affluer. Le 11 avril, une équipe de StreetNet a effectué une visite sur le terrain dans le marché de Bingerville, un village de la banlieue d’Abidjan, en marchant dans la boue et l’eau. Le marché était entièrement submergé, les personnes qui nous entouraient étaient très occupées à nettoyer les entrées de leurs étals et leurs boutiques, éliminant autant que possible la saleté. Les travailleurs ont rencontré Mme Konan Solange, la secrétaire générale de l’Organisation des vendeurs du marché de Bingerville, dans son bureau trempé, qui est dans l’une des rues du marché inondé. Malgré tout, Mme Konan a pris le temps de discuter avec nous d’une situation plutôt précaire. Les conditions dans les marchés de la ville et du pays sont loin d’être parfaites, d’où la question : que peuvent faire les travailleurs pour les rendre décentes ?

La délégation de StreetNet et Mme. Konan Solange lors de la visite sur le terrain

Donner aux travailleurs les moyens de négocier

La réunion de Bingerville a été planifiée dans le cadre de l’atelier de formation sur les compétences en négociation qui a eu lieu à Abidjan du 9 au 14 avril, sous la houlette de StreetNet et avec la collaboration de notre affilié local, la FETTEI-CI (Fédération des Travailleurs et Travailleuses de l’Économie Informelle de Côte d’Ivoire). Plusieurs réflexions ont été menées sur la façon dont les travailleurs de l’économie informelle peuvent optimiser leur interaction avec les pouvoirs publics, ainsi que sur le niveau de gouvernement à atteindre.

FETTEI-CI possède une expérience significative dans la conduite réussie de négociations. C’est une fédération de travailleurs de l’économie informelle en Côte d’Ivoire, qui représente divers secteurs, tels que les vendeurs de rue, les vendeurs de marché et les colporteurs. Depuis sa fondation en 2018, cette fédération de vendeurs de rue compte désormais plus de 5 000 adhérents, dont la majorité, soit 70 %, sont des femmes.

La Côte d’Ivoire figure parmi les pays les plus riches culturellement à l’échelle mondiale, compte tenu de sa superficie. Bien que le français soit la langue la plus parlée dans la majorité du pays, on estime que 69 autres langues sont fréquemment utilisées dans différentes régions. Afin de répondre à cette diversité, FETTEI-CI dispose d’une structure organisationnelle décentralisée, comprenant des points focaux régionaux qui supervisent les activités au niveau local. L’économie informelle est présente dans chaque région. Les participants de l’atelier provenaient de 4 secteurs : l’artisanat, le commerce de marché, le commerce de rue et l’agriculture, ainsi que de 14 régions: DALOA BOUAFLE SEGUELA BONOUA ALEPE ADZOPE GAGNOA DUEKOUE MANKONO  SOUBRE DABAKALA YAMOUSSOKRO TOUMODI DIMOKRO DUEKOUE et le district d’Abidjan. Le cours de négociation a été créé dans le but d’offrir aux travailleurs l’occasion de réfléchir à leur vécu, d’exprimer leurs demandes et d’engager un dialogue constructif avec les autorités, y compris locales, de manière que cela soit avantageux pour toutes les parties concernées.

La présidente Marcelline Adopo avec membres de la FETTEI-CI lors de l’atelier sur les négociations

Négocier au niveau local : entre tradition et modernité

Les vendeurs de rue trouveront en général un interlocuteur privilégié auprès des autorités locales (les districts, les villes métropolitaines ou les villages), dans la mesure où ces dernières sont responsables de l’élaboration de nombreuses politiques ayant une incidence sur leur subsistance. La Côte d’Ivoire ne fait pas exception. Les interlocuteurs auxquels les membres de la FETTEI-CI ont été confrontés dans leurs négociations (pendant le cours et dans des scénarios ordinaires de la vie réelle) sont à la fois publiques et privées. Dans le secteur privé, les vendeurs et les travailleurs de l’économie informelle ont la possibilité de négocier avec les associations de marché, telles que celle visitée par la délégation à Bingerville. Il revient généralement aux associations de veiller au bien-être des vendeurs sur le marché et de surveiller l’ensemble des activités commerciales sur le site de vente. Au niveau communal, en Côte d’Ivoire, il existe essentiellement deux types d’autorités : les communes modernes et le chef de village traditionnel (chefferie traditionnelle).

À la suite de l’indépendance du pays en 1960, les efforts de la nouvelle administration se sont concentrés sur le renforcement des élus et des fonctionnaires. Les chefs ont vu leur autorité s’amoindrir de manière significative, mais la pertinence de ces figures traditionnelles pour de nombreux Ivoiriens reste incontestable. Selon Afrobaromètre, un observatoire statistique leader sur le continent, « plus de la moitié (56 %) des Ivoiriens conviennent que les chefs traditionnels font toujours ou souvent de leur mieux pour les écouter. Les deux tiers (66 %) des citoyens font partiellement ou fortement confiance aux chefs traditionnels. Sept Ivoiriens sur dix (69 %) estiment que les chefs traditionnels recherchent ce qu’il y a de mieux pour les gens de leurs communautés ». Les chefferies traditionnelles restent donc un interlocuteur important pour les travailleurs de l’économie informelle, aux côtés d’institutions plus structurées.

L’un des aspects les plus importants de la participation à un atelier de négociation est le partage des connaissances entre les participants. Les travailleurs ont eu l’occasion de se parler et de mettre en avant leur lutte ainsi que leurs réussites. Espoir Amlan Doglou, point focal du quartier d’Abobo, au nord d’Abidjan, raconte comment, grâce à un engagement réussi avec la municipalité, ils ont abouti à un régime fiscal simplifié pour les vendeurs ambulants :« Nous avons été contraints de discuter des taux d’imposition, qui étaient légèrement excessifs. Nous avons payé la licence, nous avons payé la taxe d’occupation de l’espace public (ODP) et nous avons également payé les billets de marché. Cela a provoqué une montée de la colère parmi les vendeurs. Nous avons remporté la victoire uniquement lorsque tout le monde s’est réuni pour s’engager véritablement dans la défense de cette cause. Aujourd’hui, au lieu des trois impôts, on ne paie que le brevet. Nous avons discuté avec un représentant de la mairie. Dès qu’ils ont réalisé que nous étions unis et que nous parlions d’une seule voix, ils n’ont pas eu d’autre choix que de nous prêter attention et de tenir compte de nos propos ».

Marché inondé à Bingerville

Négocier au niveau national : le cas de la protection sociale

Au niveau national, l’une des campagnes les plus importantes de notre affilié a été celle sur la protection sociale. FETTEI-CI a mené la campagne nationale d’inscription des travailleurs à la CMU (Couverture Maladie Universelle). Kobena Tamia, président d’une coopérative de vendeurs à Abidjan et membre de la FETTEI-CI déclara : « Nous travaillons beaucoup sur la question de la couverture maladie universelle. FETTEI-CI soutient les travailleurs, les aide à toucher davantage de personnes ». Lors de la visite sur le terrain, la délégation de StreetNet International a rencontré différents acteurs et autorités nationales, dont le Secrétariat de l’Assurance Maladie, la CNAM. Dans le contexte actuel, le secrétariat a pour objectif d’inclure un plus grand nombre de travailleurs dans la couverture, en mettant l’accent sur les vendeurs du marché. Il est essentiel que la FETTEI-CI et d’autres organisations de l’économie informelle jouent un rôle actif de sensibilisation. Depuis 2019, il existe à la CNPS (Caisse Nationale de Protection Sociale) un projet pilote de régime d’assurance pour les travailleurs indépendants : elle deviendra obligatoire dans les années à venir. Néanmoins, les organisations représentant les intérêts des travailleurs sollicitent un soutien financier supplémentaire pour leurs initiatives de sensibilisation.

Organisations internationales soutenant les syndicats dans le pays

Dans le pays, 90 % de la population active travaille dans l’économie informelle. En plus d’être l’un des principaux producteurs de cacao et de café au monde, la Côte d’Ivoire attire égalementdes investissements multinationaux étrangers. C’est la raison pour laquelle, d’après Kattia Paredes, représentante de l’Organisation internationale du travail dans la région, une grande partie de l’effort de syndicalisation s’est porté sur les grandes entreprises, mais les organisations internationales ne doivent pas négliger l’économie informelle, ni la question d’une formalisation juste. « Nous nous sommes concentrés sur la question de la liberté d’association dans les entreprises multinationales, mais nous avons également abordé toute la question de la formalisation de l’économie informelle, en commençant par les groupes cibles de travailleurs. Ces groupes cibles étaient les vendeurs, les travailleuses domestiques et les travailleurs agricoles. Le principal problème était l’extension de la protection sociale dont ces travailleurs ne bénéficient pas », expliqua Paredes. « Nous avons travaillé dur pour garantir que les travailleurs puissent au moins bénéficier d’un accès aux soins de santé. Il y a ensuite le domaine des normes internationales du travail, dans lequel nous avons fait campagne, soutenant les organisations syndicales dans leurs campagnes pour la ratification de la Convention 189 (la Convention sur le travail domestique), de la Convention 190(contre la violence et le harcèlement dans le monde du travail) et, bien sûr, la mise en œuvre de la Recommandation 204(sur la transition de l’économie informelle vers l’économie formelle ou sur une formalisation juste). Un autre secteur d’intervention est le dialogue social, qui se caractérise par un dialogue structuré avec les autorités en tant qu’interlocuteurs. Cela implique d’inclure les problématiques liées à l’économie informelle dans les espaces de dialogue social. 

L’animatrice Evelyn Benjamin-Sampson lors d’une discussion de groupe avec les participants

Le rôle de l’éducation ouvrière

Bien que le contexte international puisse sembler éloigné de l’expérience quotidienne des travailleurs, leur autonomisation débute au niveau local grâce à des instruments et des méthodes qui aident à amplifier leurs voix.« Ce travail nous a donné de nombreuses opportunités d’apprendre, a déclaré Marcelline Adopo, Présidente de FETTEI-CI, je tiens à remercier StreetNet pour cette initiative et pour la qualité de la formation fournie. Cette formation est une opportunité pour nous. Nous comprenons normalement les techniques de négociation dans le contexte des relations commerciales et des entreprises privées, mais rarement dans le cadre de l’économie informelle. Parmi nos membres, il y a des gens qui sont analphabètes, des gens qui ont des difficultés avec le français. Il s’agissait d’une formation de qualité accessible à tous les niveaux. Après l’atelier, nous sommes dotés de toutes les compétences nécessaires pour améliorer les négociations dans nos activités quotidiennes ».