La réunion régionale des répresentantes des vendeurs de rue à Kampala, Ouganda

Par Irene Doda
4 juillet, 2024
Partager
Imprimer

Article ecrit Par Uthman Kaisi, jeune reporter et activiste médiatique

Les affiliés de StreetNet International d’Afrique australe et orientale se sont réunis du 18 au 21 mai 2024 à Kampala, en Ouganda, pour leur réunion régionale. Cette réunion a été organisée par le Réseau des travailleurs de l’économie informelle en Ouganda (WIENU), l’affilié ougandais de StreetNet.

La réunion a débuté le 18 juin avec les salutations de Jescah Mwijuka, présidente de WIENU et membre du Conseil international de StreetNet. Biringwa Richard, secrétaire général de l’Organisation nationale des syndicats, a ensuite pris la parole pour partager ses observations.

À la suite des allocutions de bienvenue, les participants ont rejoint un atelier virtuel sur la Plateforme régionale africaine de revendications de SNI en matière de protection sociale, qui a été animé par Laura Alfers de l’équipe de protection sociale de WIEGO.

Camarade Jescah Mujka, présidente de WIENU et membre du Conseil international de StreetNet

Le rôle central de la protection sociale

Pendant toute la durée de la réunion, la question de la protection sociale a été au centre de nombreux débats, incitant les participants à partager leurs réflexions et leurs expériences personnelles, car ce sujet préoccupe la majorité des travailleurs de l’économie informelle dans tous les pays.

« Nous avons étudié les questions qui nous concernent et avons tenté de formuler une proposition sur la façon dont nous pouvons faire face à ces défis, en particulier en ce qui concerne la protection sociale. Nous avons aussi eu l’opportunité d’acquérir des connaissances mutuelles et d’apprécier les initiatives des autres pays pour résoudre les problèmes qui affectent les travailleurs », a déclaré Matilda Mpho Matoteng de l’Association du secteur informel du Botswana (BOISA).

En plus de cela, Anthony Kwache, représentant de KENASVIT – Kenya et membre du Conseil international de StreetNet, a déclaré : « La question de la protection sociale est une question importante à considérer, car elle affecte les travailleurs de l’économie informelle non seulement dans la région, mais aussi à travers le continent, et je suis sûr qu’au fil du temps les membres déploieront beaucoup d’efforts pour pouvoir présenter des demandes de protection sociale sur une plate-forme régionale qui sera mise à leur disposition ».

Les affiliés au travail

Discuter d’une stratégie commune

Pendant toute la durée de la réunion, les participants ont été répartis en groupes pour discuter d’une stratégie régionale pour 2024-2027. À ce moment-là, les participants ont identifié les priorités stratégiques, les mesures collectives à prendre et identifié ceux qui soutiendront les initiatives proposées. À la suite des échanges, les participants ont émis des suggestions pour le futur plan stratégique du SNI pour 2024-2027.

Ensuite, les groupes ont convenu d’avoir comme priorité de plaider en faveur de la ratification de la Convention 190 de l’OIT, mettant en œuvre les recommandations 204 et 202 de l’OIT, concernant la protection sociale, le changement climatique, la violence et le harcèlement.

« La chose la plus importante à propos de la stratégie régionale que nous avons élaborée réside dans sa capacité à mettre en lumière les domaines clés sur lesquels nous devons nous concentrer. Cela nous permettra également de mettre en harmonie notre coopération dans nos pays avec les stratégies régionales afin d’atteindre nos objectifs », a déclaré Tangeni Shindondola de « Travailleurs domestiques informels et assimilés de Namibie » (NIDAWU).

Les rapports mondiaux et régionaux de StreetNet ont été présentés aux participants par la coordinatrice internationale, Oksana Abboud, et l’organisatrice pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe, Jane Masta.

Les participants à la réunion ont également développé une compréhension approfondie des médias et de leur importance dans leurs activités organisationnelles.

« Aujourd’hui, nous avons constaté que les médias sont très importants et que nous devrions les utiliser dans nos organisations, augmentant ainsi notre visibilité. Cela englobe l’utilisation de plateformes telles que Facebook, X, anciennement Twitter, WhatsApp et des sites Web pour informer les gens de nos activités en tant qu’organisation », a déclaré Mwanda Chiwambala de l’Union du secteur informel du Malawi (MUFIS).

La réunion revêt une grande importance, selon Mathokoza Sikhondze de la Coalition des associations de l’économie informelle d’Eswatini (CIEAES), car elle met en évidence le fait que les vendeurs sont également des travailleurs, tout comme tout autre.

« La réunion a été mise en place afin de nous aider à rassembler et à examiner les disparités et les obstacles auxquels les travailleurs de l’économie informelle sont habituellement confrontés dans différents pays. Cela m’a aussi fait prendre conscience que les vendeurs informels font face aux mêmes difficultés : il est préférable que nous soyons ensemble et que nous puissions prendre tout cela en compte et l’étudier ensemble », a affirmé Mme Mathokoza.

« La réunion a été fantastique car elle a été marquée par la collaboration, le partage d’idées différentes et la recherche de solutions qui peuvent nous aider à nous développer en tant que région », a ajouté Witness Mwijiake, représentant du point focal régional pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe, TUICO, Tanzanie.

Les participants ont également eu l’occasion de visiter certains marchés de la ville et d’entendre les vendeurs parler de certains des défis auxquels ils sont confrontés sur leur lieu de travail. Une soirée culturelle a été organisée pour eux et ils ont pu assister au lancement du programme de protection sociale en Ouganda sous la direction de WIENU.