Jesca Mwijukha – UMAEU, Ouganda [VIDÉO]

Partager
Imprimer

J’ai commencé à travailler dans la rue, en tant que vendeuse ambulante, car je suis la seule pourvoyeuse dans ma famille de trois enfants. Je suis la seule qui assume toutes les responsabilités de la famille.

Nous sommes exposés à la violence et au harcèlement sur les lieux de travail. Nos conditions de travail sont indécentes, car notre journée de travail commence tôt le matin et finit très tard, surtout lorsqu’il pleut. Notre temps de travail n’est pas précis, et nous devons travailler jusqu’à ce que nous ayons quelque chose à manger. Il nous faut encore nous soucier des clients, les attirer, même s’ils nous harcèlent tout le temps et se comportent comme de vrais patrons, car ils nous donnent de l’argent. Voilà les problèmes, croyez-moi, que nous rencontrons tous les jours et dont nous souffrons beaucoup.

Néanmoins, je ne suis pas seule. Je suis avec mes collègues, vendeurs et vendeuses. Nous crions toujours tout en essayant d’attirer l’attention des autorités. Nous appelons quiconque qui peut nous aider dans ces situations et conditions. Vraiment, nous sommes les mères du monde. Nous sommes vos sœurs. Nous sommes vos épouses. Nous sommes uniques. Le monde ne peut pas résister là, où il n’y a pas de femmes.

J’appelle alors aux responsables, à toutes les personnes concernées, ainsi que les autres organisations de travailleurs, je leur exige d’être unis, d’élever notre voix, de nous lever et de veiller à ce que nous luttions pour nos droits. En agissant ainsi, nous nous assurons à ce que les travailleurs de l’économie informelle, non seulement les vendeurs de rue et de marché, mais tous les travailleurs de l’économie informelle, dont les droits ne sont pas pris en compte, qui ne sont pas considérés comme des travailleurs, soient également vus et reconnus.

Merci ! Je suis Jesca Mwijukha, membre du syndicat ougandais des marchés et des employés et je suis vendeuse. Merci beaucoup. Au revoir!