Renforcement du dialogue social et des compétences de négociations des travailleurs de l’économie informelle au Cambodge 

Par Irene Doda
26 février, 2024
Partager
Imprimer

Un atelier sur les techniques de négociation organisé du 11 au 14 décembre à Phnom Penh, au Cambodge, dans le but de promouvoir le dialogue social fructueux entre les travailleurs et les autorités, a été organisé pour notre affilié IDEA. 

L’atelier de 3 jours et demi sur les compétences en négociation a été préparé dans le cadre du projet conjoint mené par StreetNet, Oxfam et l’Agence belge de développement. Tous les participants étaient membres de l’IDEA, notre affilié local. IDEA (Independent Democracy of Informal Economy Associations/Démocratie indépendante des associations de l’économie informelle) est le plus grand syndicat des travailleurs de l’économie informelle dans le pays. Il a été fondé en 2005 et est reconnu par l’État cambodgien depuis 2006.

IDEA réunit des représentants de plusieurs secteurs, tels les travailleurs du transport informels, en particulier les conducteurs de tuk tuk (des tricycles populaires en Asie du Sud-Est pour le transport urbain), les travailleurs domestiques, les travailleurs à domicile et les vendeurs de rue.  L’atelier sur les techniques de négociation a été animé par Mm Tysmans, organisatrice régionale de StreetNet pour l’Asie. 

La diversité des secteurs représentés

Les participants à l’atelier reflétaient la diversité des membres d’IDEA. La majorité d’entre eux était des vendeurs de rue qui provenaient de Phnom Penh et de plusieurs provinces, y compris des zones rurales. De plus, les participants reflétaient l’équilibre entre les sexes au sein d’IDEA, qui compte 70 % de femmes. L’objectif de l’atelier était de faire acquérir des compétences fondamentales en matière de négociation, dans le but d’améliorer la communication avec les autorités locales.

Les participants, dont certains n’avaient jamais été formés auparavant, ont exprimé leur désir de retourner dans leurs communautés locales et de partager les connaissances. L’un des participants, Sou Socheat, a déclaré : « Je suis moi-même formateur dans mon groupe local. Il est bénéfique de suivre les cours proposés par StreetNet. J’ai eu la chance d’en savoir plus sur certains sujets ». 

Le secrétaire général Vorn Pao s’adresse aux participants

Les problèmes rencontrés par les travailleurs informels du pays 

Le Cambodge est un pays en développement. Bien que les derniers gouvernements aient tenté d’améliorer les conditions matérielles de leurs citoyens, de nombreux d’entre eux continuent d’être dans une situation économique désastreuse. Le taux de pauvreté dans les zones rurales s’élève à 40 %. Cela s’applique en particulier aux travailleurs de l’économie informelle, qui représentent 85 % de la population.

L’un des premiers exercices proposés encourageait les participants à considérer leurs difficultés comme la première étape du processus de négociation. Les travailleurs de l’économie informelle ont fait état des coûts élevés de la vie et du fonctionnement des marchés (tels que les prix élevés de l’électricité et de l’eau), des cas de discrimination de la part de la police, des problèmes rencontrés, de la hausse de l’inflation, en particulier au cours des deux dernières années, et de l’endettement souvent associé à un accès difficile au crédit. Dans un article précédent, nous avons discuté des problèmes d’accès à la protection sociale pour les travailleurs de l’économie informelle et du travail d’IDEA dans ce domaine.

Transformer les difficultés en opportunités de dialogue social

Comment résoudre ces problèmes de manière constructive ? Le cours a été organisé en neuf étapes de la procédure de négociation. Ces étapes commencent par l’identification des problèmes à résoudre et visent à développer une stratégie de négociation à long terme.

« Pour cet atelier, j’ai adopté une approche d’apprentissage très pratique, explique Nash Tysmans, les participants ont eu la chance de penser à des situations réelles et de jouer des jeux de rôle. C’est une valeur ajoutée qui propulse le cours du domaine théorique à la vie réelle. Plus important encore, notre objectif était de responsabiliser les travailleurs et de raffiner leurs compétences pour négocier de manière indépendante ». 

Les compétences en matière de négociation sont essentielles pour améliorer le dialogue entre les autorités et les syndicats. Le dialogue social consiste à impliquer les travailleurs, les employeurs et l’État dans un processus visant à améliorer les conditions de vie de chaque citoyen. Les travailleurs de l’économie informelle ne participent presque jamais aux processus tripartites. Faciliter le dialogue social est un pilier essentiel de la mission de StreetNet.

Apprentissage pratique durant la formation 

Les commentaires des participants sur le cours

« Après avoir obtenu mon diplôme, j’ai repris l’entreprise familiale pour devenir vendeur de boissons non alcoolisées. Je suis membre d’IDEA », raconte Long Chansreyleak, le plus jeune participant à l’atelier, âgé de 18 ans. « C’est ma première formation de ce genre. J’ai beaucoup appris et rencontré de nouvelles personnes », ajouta-t-il. Une autre participante à la formation et la vendeuse de rue, Heng Leang, a déclaré : « J’espère que tous nos partenaires de développement continueront à nous soutenir à chaque étape du processus. En conséquence, nous serons en mesure de former des alliances, de travailler ensemble et de lutter contre tous les problèmes sociaux ». 

Les membres de l’équipe de direction d’IDEA, ainsi que le secrétaire général Vorn Pao et le député Samphous Von, étaient présents à l’ouverture et à la clôture de la formation. Malgré les difficultés auxquelles le Cambodge est actuellement confronté, IDEA et les partenaires internationaux du projet se sont engagés à continuer à soutenir les vendeurs de rue du Cambodge.